Italie – Île de Procida.

Voyage à Naples et ses environs.

L'Île de Procida.

Palazzo Porta.

Procida, notre coup de cœur de ce voyage. Départ de Naples. Nous repassons prendre nos bagages à l'hôtel et allons en métro au port pour prendre la navette qui dessert Procida. Belle traversée avec une superbe vue sur Naples.

Arrivés à Procida, nous prenons un petit bus pour rejoindre notre B&B, le Palazzo Porta. C'est un ancien palais de 1495 partagé en plusieurs appartements. Le notre comporte une immense chambre, salle à manger, petite cuisine, salle d'eau, toilettes et une petite terrasse en véranda. C'est assez désuet mais somptueux par le côté historique du bâtiment. Il y a aussi un petit jardin bien entretenu plein d'agrumes et de fleurs. En plus c'est très calme, nous sommes ravis.

De retour au Palazzo Porta après notre balade sur l'île, nous sommes accueillis par notre voisin de palier, un vieux monsieur qui nous montre des "reliques" de sa jeunesse. Son appartement ressemble à un musée avec des objets de dévotion, portrait de Jésus … En regagnant notre appartement, je remarque son nom à l'entrée, Porta. Il habite donc le palais de ses ancêtres.

Le petit port de Corricella.

Le port de Corricella.

Après notre installation, nous partons visiter l'île, passons par une plage et arrivons au petit port de Corricella.

Ces petites maisons de pêcheurs qui s'étagent jusqu'au port, c'est tout simplement sublime. Nous mitraillons tout en montant à la citadelle où nous avons une belle vue sur le port. Nous déambulons dans les ruelles de découvertes en découvertes.

De l'autre côté de la Punta dei Monaci nous avons une vue sur la baie de Naples et le Vésuve.

Découverte d'une exposition d'art contemporain dans un bâtiment qui devait servir de prison.

Nous finissons sur la place de l'église pour une bonne bière avant de redescendre sur le port pour dîner.

Palazzo d'Avalos.

Dans le Palazzo d'Avalos, tout en haut de l'île de Procida, nous visitons une exposition d'art contemporain. Ce palais du XVIe siècle a été successivement le palais du seigneur féodal, une citadelle fortifiée, un palais royal où se tenaient de fastueuses réceptions puis une terrible prison d'où on ne ressortait jamais.

Cette exposition reflète la vie du lieu avec les persécutions, conditions de détention, un peu comme si les âmes de tous les prisonniers morts ici hantaient encore ce bâtiment. Très belle exposition dans ce lieu très insolite rappelant le travail des prisonniers à la filature du lin.

Après cette visite, nous continuons à explorer le haut de l'île, petit quartier de maisons collées les unes aux autres.

Le port de Corricella au couchant.

Port de Santa Margherita.

Second jour à Procida, le ciel est bien gris et quelques gouttes tombent. Nous partons explorer le nord-ouest de l'île.

Nous marchons jusqu'à Santa Margherita, petit village de pêcheurs, et allons vers l'isthme en croissant. Nous nous arrêtons au bout du pont qui le relie à l'île car le reste est privé. C'est un ancien cratère de volcan. Toute l'île est d'origine volcanique, de grandes falaises de tuf bordent les plages. Cette partie est très sauvage, c'est une réserve pour la faune et la flore.

Au retour, où nous nous arrêtons pour un bon café. Nous continuons la route qui suit la côte. Puis passage par l'isthme de Pizzaro face à la marina Corricella.

Le panorama est parfait. Nous continuons jusqu'à Marina Grande et revenons au Palazzo Porta pour un peu de repos. Finalement nous n'aurons pas eu de pluie malgré les gros nuages au-dessus de l'île.

Dernière soirée.

Nous reprenons notre balade dans l'île après un peu de repos à la recherche de ruelles, vieux palais, placettes. Nous irons boire une bonne bière à Marina Grande puis dînerons à Marina Corricella et monterons une dernière fois vers la citadelle pour un panorama sur Marina Corricella sous le clair de lune, paysage nocturne enchanteur.

Dernière soirée à Procida, nous allons prendre l'apéro à Marina Grande puis dînons à Marina Corricella. Quelques dernières photos du haut de la citadelle, la vue de nuit est magnifique.


Vraiment cette île nous aura séduits par son authenticité et le peu de touristes que nous avons rencontré. Les petits villages avec leurs commerces de proximité qui ont complètement disparu dans les zones hyper touristiques.

Ici nous retrouvons les boulangers, bouchers, épiceries, petits bars et sur le port les tas de filets de pêche et les bateaux de pêcheurs.

La quiétude de cette île où le soir venu on entend le chant des grillons et pas les tumultes urbains. La "dolce vita" au sens premier du terme d'une petite île du sud de l'Italie qui ne vit pas des touristes mais les accepte et offre son hospitalité en toute simplicité.

Nous garderons un merveilleux souvenir de ce lieu.

Marina Coriccella.