Menu du Site

Moissac.

L'Abbaye Saint-Pierre de Moissac.

Une histoire millénaire.

 

 

La légende, forgée par les moines de l'Abbaye, mentionne une fondation par le roi Clovis au 6e siècle. Les recherches historiques et archéologiques ne permettent néanmoins d'attester son existence qu'à partir de l'époque carolingienne, à la fin du 8e siècle.

Au milieu du 11e siècle, l'affiliation de Moissac à la célèbre abbaye bourguignonne de Cluny marque un tournant dans la vie monastère. En 1047, Cluny nomme Durand de Bredons abbé.

Egalement évêque de Toulouse, Durand lance la reconstruction de l'abbatiale. En 1100, l'abbaye Ansquitil édifie le cloître dont les sculptures des piliers et des chapiteaux constituent une des merveilles de l'art roman.

Au début du 12e siècle, une centaine de moines vivent dans le monastère. Leur activité principale est la prière tout au long des 8 offices qui rythment leur journée.

Comme le stipule la Règle de saint Benoît, ils doivent aussi effectuer un travail manuel. Ainsi des moines scribes copient des textes religieux: Bible, extraits et commentaires de textes des Pères et Docteurs de l'Eglise mais aussi textes profanes.

Environ 120 de ces manuscrits sont aujourd'hui conservés à la bibliothèque nationale de France, suite à leur achat en 1678 par Colbert, ministre de Louis XIV.

En 1626 le monastère est sécularisé: les moines bénédictins deviennent des chanoines, religieux séculiers qui ne vivent plus dans le cloître.

La vie religieuse à Saint-Pierre de Moissac s'achève avec la Révolution française.

En 1790, les bâtiments sont vendus en tant que biens nationaux.

Un regain d'intérêt pour l'abbaye se manifeste au 19e siècle qui conduit au classement du cloître et l'église sur la première liste des Monuments historiques.

Pourtant à la même période, la construction de la voie ferrée Bordeaux-Sète entraîne la destruction du réfectoire médiéval.

En 1998, l'UNESCO inscrit les Chemins de Compostelle, dont Moissac est une étape, sur la liste du patrimoine mondial.

Les piliers du cloître.

Les apôtres, piliers de l'Eglise, deviennent à Moissac les piliers du cloître. Une inscription au-dessus de leur tête permet de les identifier.

Dans l'angle sud-est, à proximité de la porte menant à l'église, figurent Pierre et Paul, les saints patrons de l'abbaye de Cluny.

Au centre de la galerie Est, l'effigie de Durand de Bretons, abbé de Moissac et évêque de Toulouse, se dresse devant la porte de la salle capitulaire où se prennent les décisions importantes de la communauté monastique.

 

Merci pour votre accueil !

Le portail monumental de l'église abbatiale est sculpté peu de temps après le cloître.

L'iconographie de son tympan est inspiré par une des visions de l'Apocalypse de saint Jean et figure le moment du retour glorieux du Christ sur Terre.

L'église a été plusieurs fois reconstruite. Les parties inférieures en pierre correspondent à un édifice du 12e siècle, la surélévation gothique en brique est du 15e siècle.

Le Cloître.

Parmi les 76 chapiteaux qui ornent le cloître, plus de la moitié d'entre eux sont dits "historiés", car leur décor commentent des épisodes de la Bible ou des vies de saints.

Les autres, dits "décoratifs" évoquent la Création.

Dans la galerie ouest, la plaque de marbre du pilier central précise que le cloître roman est achevé en 1100. La signification des lettres des quatre dernières lignes reste encore mystérieuse.

Ce texte est issu de la brochure remise à l'entrée de l'abbaye lors de notre visite. Cette abbaye est vraiment magnifique et on peu y passer des heures à tout contempler dans le détail. Et le cloître en recèle beaucoup! Il est tout simplement magique, havre de paix exposant des merveilles dans un écrin de verdure apaisante.

Le site de l'abbaye: www.abbayemoissac.com

Tel: 05 63 04 01 85

Mail: patrimoine@moissac.fr

 

error: Ce contenu est protégè !
0 Shares
Partagez
WhatsApp
Pin
Tweet
E-mail