Menu du Site

Hong Kong

Hong Kong

Escale à Hong Kong

La skyline d'Hong Kong.

La Skyline d'Hong Kong.

Lors d'un voyage vers Bali en 2008, nous faisons une escale à Hong Kong pour une correspondance. Après une nuit de vol, le 747 est en approche de l'aéroport d'Hong Kong sous une pluie diluvienne et des bourrasques de vent. Mais au lieu d'atterrir, nous sentons la poussée de la remise des gaz et l'avion reprend de l'altitude pour aller se poser en Chine continentale au temps plus clément.

Nous resterons plusieurs heures stationné avant de repartir pour Hong Kong. Mais notre correspondance pour Denpasar à Bali est partie et nous serons hébergés dans un hôtel proche de l'aéroport jusqu'au lendemain pour reprendre notre vol. Une fois nos bagages déposés dans notre chambre, nous quittons l'hôtel pour explorer cette métropole.

Enchantés par cette découverte, nous demanderons à notre agence de prévoir une escale à Hon Kong lors d'un second voyage en Indonésie l'année suivante.

Nous prenons un taxi pour nous rendre en centre ville. Nous arrivons sur une esplanade face à la Skyline d'Hong Kong. Des haut-parleurs diffusent une musique rythmée et nous voyons en face les buildings clignoter et se parer de couleurs au même rythme. Des lasers zèbrent le ciel nocturne, le spectacle est fascinant, une boite de nuit à ciel ouvert. La foule s'accumule pour profiter de ce spectacle.

Nous passons notre soirée à déambuler dans les rues d'Hong Kong le nez en l'air en nous disant que nous reviendrons pour une escale plus longue où nous pourrons voir d'avantage cette métropole.

La Skyline d'Hong Kong.

L'année suivante nous décidons de retourner à Bali et donc de repasser par Hong Kong. Nous demandons à notre agence Asie Online de prévoir un stop de 24 heures à Hong Kong. Cette fois cet arrêt est planifié et nous avons retenu une chambre dans un hôtel. Mais les tarifs étant élevés en centre ville, nous nous retrouvons assez excentrés et prendrons bus et métro pour nous rendre au centre ville.

Pour ce second voyage, nous arrivons en fin d'après-midi et nous installons à l'hôtel avant de repartir découvrir le centre ville.

Mais, repartant le lendemain en fin d'après-midi, nous devons savoir que faire toute le journée du lendemain de nos bagages. Le concierge de l'hôtel nous dit d'aller enregistrer nos bagages au "check in town" et nous indique la Two International Finance Center pour faire cet enregistrement.

En effet, le lendemain, nous nous rendons à la Two International Finance Center et découvrons un hall d'enregistrement comparable à celui d'un aéroport. Nous enregistrons donc nos bagages qui partent vers l'aéroport et nous repartons avec nos cartes d'embarquement en poche. Génial !

Les Hongkongais sont pragmatiques et très dévoués. On nous aidera pour prendre un billet de métro et nous renseignerons sur les bus et lignes de métro à emprunter, tout cela avec beaucoup de courtoisie et un grand sourire.

Le soir de notre arrivée, nous quittons notre hôtel et partons en centre ville.

Les quartiers éloignés du centre sont assez vieillots et dégradés mais en centre ville, tout est rutilant avec ces buildings dont la tête se perd dans la brume.

Après un petit repas, nous parcourons les rues et finirons notre soirée dans une ruelle très animée où chaque bar diffuse de la musique pour créer "l'ambiance" et attirer les consommateurs. Beaucoup d'occidentaux s'y retrouvent, la bière coule à flot et la ruelle est noire de monde. C'est la rue en vogue !

Hong Kong est un des territoires les plus densément peuplés avec 6 357 habitants/km2 . Près de 7 millions d'habitants s'entassent sur 1 092 kilomètres carrés. Si l'on tient compte que, du fait des reliefs, seulement un cinquième du territoire est constructible, la concentration urbaine atteint donc en moyenne plus de 30 000 habitants/km2.

Central, le quartier qui ne dort jamais !

Lors de notre voyage en 2009, nous sommes un samedi et c'est le jour de repos des personnels de maison qui sont en majorité de nationalité philippine.

Elles se retrouvent donc sur les trottoirs en hauteur où elles se confectionnent de petits enclos avec des cartons pour s'y retrouvées en groupe et partager un thé et se distraire en jouant aux cartes, discutant.

Il y a aussi une grande file d'attente pour envoyer de l'argent à leur famille restée au pays.

Ce spectacle nous désole car ces pauvres femmes n'ont pas de lieu tranquille autre que la rue pour se retrouver.

Nous serons aussi étonnés de voir ces trottoirs en hauteurs qui parcourent beaucoup de rues du centre. Certainement par rapport aux pluies abondantes à Hong Kong mais aussi par sécurité par rapport à la circulations dense.

Hong Kong dans la brume.

Victoria Peak.

Nous débutons notre journée par l'escalator le plus long du monde. Il permet de gravir 135 m de dénivelé sur environ 800 m de long.

Ce n'est pas un escalator d'une seule portée car il s'interrompt à chaque croisement de rue mais il est spectaculaire. Il mène au pick Victoria qui surplombe le quartier Central et offre une vue magnifique sur la ville.

Il y a aussi Peak Tram pour y accéder, ce qui est plus rapide ! Par contre la descente se fait à pied en ayant emprunter l'escalator.

De Victoria Peak nous avons une vue exceptionnelle sur Central, le quartier d'Hong Kong avec tous les buildings des grands groupes et institutions. Nous regretterons ce temps brumeux qui gâche un peu la vue.

Nous restons un moment à observer la ville du haut de Victoria Peak avant de prendre le chemin du retour et nous perdre dans les ruelles qui descendent vers Central.

Les quartiers d'habitations.

Sur le chemin de retour vers Central, nous traversons des quartiers résidentiels d'habitations.

Un grand terrain de sport en plein milieu des immeubles puis nous arrivons sur les grandes artères avec ces tramway à étage décoré de publicité.

Nous nous retrouvons dans le quartier Central avec tous ces buildings extraordinaires. Nous poursuivons nos visites le nez en l'air.

La Skyline d'Hong Kong de jour.

Au grès de nos pérégrinations, nous tombons sur un temple en plein centre. Il y a constamment du monde qui rentre, dépose des bâtons d'encens qu'ils enflamment avant de faire une prière et repartir.

50 % des Hongkongais sont irréligieux, 35,3 % des Hongkongais sont taoïstes, confucianistes ou bouddhistes et 11,6 % chrétiens. Les trois grandes religions prédominant dans la population chinoise s'interpénètrent plus ou moins étroitement au point de se confondre dans les pratiques populaires. Il est fréquent que ces cultes cohabitent dans un même espace architectural.

Les buildings, les tours.

Le quartier de Central est occupé par de nombreux buildings de grandes banques, centres d'affaires, commerce et habitations.

Nous voyons la Bank of China Tower, la HSBC Tower, Les Tours LIPPO ...

Chaque building en construction est plus haut que le précédent, c'est une course verticale effrénée.

International Commerce Centre 484 m.

Two International Finance Centre 415 m.

Bank of China Tower 367 m.

Cheung Kong Center 283 m.

The Harbour Side 251 m.

Nous serons aussi étonnés par le métro hongkongais. Le quai est d'une longueur impressionnante. D'un bout, on ne distingue même pas la fin et de même pour les rames où chaque voiture communique avec la suivante.

De plus la ligne dessert l'aéroport et le temps de trajet est assez court pour arriver directement.

La Skyline d'Hong Kong.

Après ces escales, obligées ou volontaires, nous reprendrons notre vol vers l'Indonésie et Bali en particulier. Île bannie des Dieux que nous avons adorée.

Les Îles de Vulcano et Stromboli puis Catane.

Italie, Vulcano.

Les Îles Eoliennes.

L'Île de Vulcano.

Nous quittons Zafferana Etnea pour Milazzo où nous prenons un bateau pour l'île de Vulcano. Arrivés à Vulcano, nous nous installons dans un BnB proche du cratère et nous partons gravir les pentes du cratère de la Fossa.

Randonnée sur le cratère de la Fossa

Bien que le cratère soit interdit au public car l'activité a nettement augmenté, nous envoyons quelques touristes qui en redescendent. Nous allons donc voir le coucher de soleil du haut de ce cratère en bravant l'interdiction.

Départ de notre BnB puis nous nous retrouvons devant une frêle barrière que nous franchissons pour gravir le sentier jusqu'au sommet.

Le vent n'est pas favorable car arrivés sur la crête du cratère, il nous rabat les fumées volcaniques qui piquent les yeux et nous suffoquent. Nous partons donc à l'opposé et profitons de ce coucher de soleil assez nuageux mais splendide tout de même.

Dans la galerie de photos ci-dessous, il y a 3 photos de la zone active du cratère prises en 2006. De visu, on constate qu'effectivement en 2022 la zone active est plus chaude, les fumerolles sont plus fournies. Je constaterais qu'il y a aussi des zones de fumerolles à l'extérieur du cratère, ce que je n'avais pas vu en 2006. Voici le lien du voyage en 2006 avec Aventure & Volcans.

En plus de l'interdiction de gravir le cratère, les mares de boues situées près de l’embarcadère, et aménagées en bains public, sont elles aussi fermées au public pour les mêmes raisons d'augmentation de l'activité volcanique.

Balade dans le village de Vulcano.

Redescendus du cratère à la nuit tombée, nous trouvons un resto puis retournons à notre BnB.

Le lendemain je retourne seul au sommet du cratère de la Fossa pour assister au lever de soleil en partant du BnB très tôt. Un vent violent s'est levé, le temps est très orageux et je ne verrais encore pas un beau lever de soleil. Dans la direction de Lipari et Salina de nombreux éclairs zèbrent un ciel très chargé, la mer est très agitée par des vents violents.

Sur Vulcano il ne pleut pas mais les bourrasques de vent rendent difficile ma progression jusqu'au sommet.

Une fois arrivé, je m'abrite derrière un gros cairn et tente de faire quelques photos du soleil qui se bat avec les nuages pour se lever.

Notre transfert de Vulcano pour Stromboli a été annulé par SMS ce matin à cause du mauvais temps, les bateaux ne prennant plus la mer, nous restons donc une nuit supplémentaire sur Vulcano. Nous passons le reste de la journée à nous promener pour explorer l'île. Nous en faisons vite le tour, du moins les parties accessibles.

Du débarcadère nous voyons quelques fumerolles sur le versant extérieur du cratère de la Fossa due à l'augmentation de l'activité volcanique.

Nous passons à coté de la zone bains de boues fermée au public depuis que l'activité du Vulcano s'est élevée et en effet je vois beaucoup de bouillonnements à la surface, l'eau est très jaune car certainement très chargée en soufre et l'atmosphère est imprégnée d'une odeur soufrée.

Sur la plage, nous passons devant une zones délimitée par des bouées où un fort dégagement gazeux crève la surface. Les touristes, peu nombreux, profitent de la plage.

Nous poursuivons et contournons le Vulcanello, ancien cratère inactif. La partie exposée à l'Ouest est très ventée, des bourrasques soulèvent le sable qui nous cingle les jambes. Nous retournons vers le village plus abrité où nous prendrons l'apéro et déjeunerons. Après-midi à flâner dans le village et lecture à l'hôtel.

Le lendemain nous prenons le bateau pour Stromboli.

Vulcano, le cratère de la Fossa.

L'Île de Stromboli.

Le sommet du Stromboli.

Pas de SMS ce matin pour annuler le trajet Vulcano Stromboli. Nous prenons donc l'hydroglisseur qui nous conduira à Stromboli en passant par Lipari où nous changeons de bateau.

Ces hydroglisseurs vont très vite, près de 60 km/heure et le trajet est assez rapide sauf que ce bateau dessert toutes les îles avec Stromboli en dernier.

Nous débarquons sur Stromboli et Ludo me laisse à un bar sur le port avec nos bagages pour rechercher un hébergement. Quelques minutes plus tard il revient et nous partons pour nous installer dans un joli BnB dans le village de Stromboli. Nous apprécierons cette ambiance familiale.

Il n'y a pas de voiture sur Stromboli, uniquement des véhicules électriques type golf ou des triporteurs thermiques très répandus en Italie.

Une petite vidéo prise de l'intérieur du bateau au travers d'une hublot plein d'eau de mer.

Après avoir retenu notre trajet de retour pour Milazzo en Hydroglisseur, puis le bus de Milazzo à Catane, nous retenons une sortie en bateau pour le lendemain qui fait le tour de l'île et s'arrête devant la Sciara del Fuoco pour assister à une éventuelle éruption.

Puis nous visitons ce petit village aux ruelles étroites et maisons blanches. Le village de Stromboli est vraiment très beau, il fait penser aux îles grecques.

Nous déambulons dans les ruelles en attendant la fin de journée où nous avons prévu d'aller voir les éruptions en bordure de la Sciara del Fuoco à 300 m d'altitude.

Pour monter un peu plus, à 400 m, il faut être accompagné d'un guide. Lors de mon voyage en 2006, il était permis de monter jusqu'au sommet mais il y avait eu plusieurs accidents lors d'éruptions beaucoup plus fortes et le sommet a été interdit au public.

La Sciara del Fuoco.

Une fois parvenus à la Sciara del Fuoco à 300 m d'altitude, nous nous installons et profitons d'un superbe coucher de soleil avant le spectacle des éruptions à la tombée de la nuit.

Il y a pas mal de monde et certains ayant pris un guide continuent un peu plus haut à 400 m. Mais les éruptions ont lieu à 918 m, au sommet du Stromboli et étant 600 m plus bas, une partie des éruptions sur l'arrière du plateau sommital n'est pas visibles.

Mais nous profiterons tout de même de quelques belles gerbes de magma incandescent assurant un joli spectacle. Les éruptions sont espacées de 15 à 20 minutes.

Puis nous regagnons le village en cheminant avec nos lampes frontales sur ce sentier ravagé par les dernières pluies pour un dîner en terrasse.

Un incendie s'est déclaré sur les pentes du Stromboli lors du tournage d'une série télévisée. C'est l'équipe du film qui a mis le feu et devait le maîtriser, mais le feu leur a échappé et a brûlé une bonne partie des pentes de l'île. Et lors d'orages violents, plus rien ne retient les coulées de boues qui dévalent jusqu'au village et dévastent tout sur leur passage.

Je ferais tout de même quelques beaux clichés lors des éruptions, gardant un œil sur le sommet et l'autre dans le viseur de mon appareil photo.

Ginostra, tour de l'île.

En attendant la fin d'après-midi pour notre balade en bateau, nous continuons à visiter Stromboli. Ce matin nous remarquons le bateau qui ravitaille l'île en eau potable.

En effet, à part l'eau de pluie recueillie dans des citernes, il n'y a pas d'eau sur Stromboli et vu l'activité touristique, il faut beaucoup d'eau.

On passe plusieurs fois devant le Strombolicchio au large de Stromboli. C'est un neck volcanique. C'est le magma refroidi dans un ancien cône volcanique antérieur à celui de Stromboli. Les parties tendres autour du cratère ont été érodés par la mer ne laissant que le cœur très résistant formant ce neck au-dessus duquel à été implanté un phare.

L'île de Stromboli est vraiment très belle et reposante et ces balades sont régénérantes. Nous allons sur le port en fin d'après-midi pour notre balade en mer.

Vers 18 heures nous embarquons dans un Zodiaque pour Ginostra. Je constate qu'il n'y a pas de sentier pour relier les villages de Stromboli et Ginostra, la présence de falaises le rend impossible.

Nous débarquons dans le petit port et grimpons dans le village de Ginostra pour une heure de visite. Peu d'habitations, mais ce village est tout aussi joli que Stromboli. Des maisons blanches et une belle végétation méditerranéenne.

Après cette balade, nous retrouvons les touristes du zodiaque attablés à la terrasse d'un bar face à la mer. Le soleil décline lentement et nous aurons un fantastique coucher de soleil plein de couleurs chaudes. Le spectacle est magnifique.

À 19h30 nous regagnons le port pour reprendre la mer. Mais nous partons avec un peu de retard car deux touristes manquent à l'appel. Nous finissons par partir en direction de la Sciara del Fuoco où le bateau stoppe pour voir les éruptions. Et justement nous distinguons une éruption lorsque le sommet devient visible, nous l'avons raté de peu !

Nous attendrons jusqu'à 20 heures comme convenu et c'est lorsque nous partons qu'une belle éruption illumine le sommet. Je tente de faire quelques photos mais nous sommes sur le bateau qui bouge et il fait nuit. Le cliché est assez raté !

Nous débarquons à Stromboli et partons au restaurant pour fêter l'anniversaire de Ludo.

Catane.

Théâtre Romain à Catane.

Le voyage de Stromboli à Catane est assez long. L'hydroglisseur en partant de Stromboli passe par toutes les autres îles avant d'accoster à Milazzo.

Puis nous prenons un bus qui nous conduit directement à l'aéroport de Catane et un second pour Catane centre.

Nous arrivons et allons directement nous installer dans un BnB dans le centre historique. Puis nous ressortons pour boire une petite mousse et nous restaurer et profitons pour visiter un peu la ville. Catane est une ville assez délabrée et pas vraiment très propre.

Mais le centre historique est vraiment très beau, plein de palais, églises, monuments et sites archéologiques. Nous sommes donc en plein quartier historique proche de la cathédrale de Sant'Agata, de la fontaine à l'éléphant. Beaucoup d’animation et de touristes.

Notre vol de retours est prévu le soir, donc nous avons toute la matinée pour visiter la ville. Etant très proche de la place Del Duomo, nous allons explorer les rues du centre historique.

La place du Duomo avec la cathédrale Sant'Aghata et la tombe du compositeur Vicenzo Bélini. En sortant du Duomo, nous allons dans l'église Del Badia di Sant'Agata et montons au-dessus du dôme pour une vue panoramique sur la ville et la place à la fontaine à l'éléphant.

La fontaine à l'éléphant est le symbole de la ville. L'éléphant est d'époque romaine, sculpté dans du basalte en plusieurs éléments.

La veille au soir, la place était très animée avec beaucoup de touristes et un écran diffusait des classiques du cinéma italien. Un carrefour était décoré d'un immense kiosque illuminé.

Au bout de la place nous voyons la fontaine de l'Amenano dont l'eau s'écoule dans la rivière en contrebas. Cette rivière circule sous la place à 2 mètres de profondeur.

 

Visite du marché aux poissons très animé, du marché couvert et nous allons au théâtre gréco-romain. Nous le trouvons en arrivant par le haut, des murs hauts le cernant. On le contourne et finissons par trouver l'entrée dans une rue. Ce théâtre est fascinant, au milieu de la ville, entouré de maisons qui empiètent sur lui, déconcertant. Il est très bien conservé pour une antiquité en plein centre ville. Un petit musée présente des sculptures. Nous avons adoré.

Nous passons dans une rue où il n'y que des églises ... à droite, à gauche ...

Des rues animées, des palais et nous arrivons sur la place du théâtre Vicenzo Bélini et la fontaines aux Dauphins. Nous visitons au fil de nos pas ayant vu l'essentiel dans le laps de temps que nous avons.

En début d'après-midi, nous reprenons le bus qui nous conduit à l'aéroport pour notre retour.

Notre trajet en Sicile et les Îles Éoliennes.

Voici ci-dessus, notre trajet en Sicile et dans les Éoliennes, Vulcano et Stromboli.

Petit florilège de bières italiennes et siciliennes.

Agrigente, villa romaine del Casale, Enna, Etna,Taormine

Italie, Agrigente.

La Sicile.

Agrigente.

La Vallée des temples.

Temple Grec et sculpture d'Igor Mitoraj.

Arrivés à Agrigente nous cherchons notre BnB, nous nous y installons puis, après un petit café, nous partons pour la vallée des Temples à coté de la ville. Nous sommes en début d'après midi et il fait une chaleur écrasante, l'avantage est qu'il n'y a pas grand monde sur le site.

Nous partons visiter ce site archéologique.

Nous arrivons donc dans la Vallée des Temples en début d'après-midi. Ces temples étaient dressés dans une cité antique du nom d'Akragas fondée par des colons de Gela et Rhodes en 581 av. J.-C. Le site est inscrit au Patrimoine Mondial de l'UNESCO.

Au Ve siècle av. J.-C. elle figurait parmi les grandes villes méditerranéennes avec 200.000 habitants. La présence d'eau douce a largement contribué à sa croissance.

Le déclin de cette cité commença au IVe et IIIe siècle av. J.-C. lorsqu'elle passa successivement aux mains des Grecs, des Carthaginois et des Romains. Ce sont les romains qui la rebaptisèrent Agrigentium.

En plus du site archéologique, il y a aussi un très beau jardins botanique présentant les essences locales avec beaucoup d'agrumes. Retrouvez ces espèces sur le site des photos. Nous rentrons à Agrigente et visitons la ville avant de dîner et de retrouver notre BnB à la belle terrasse donnant sur la ville.

Quelques photos des espèces végétales présentées dans le jardin botanique.

Piazza Armerina.

Villa Romaine Del Casale.

La villa romaine del Casale est une villa antique située à 5 kilomètres au sud de la ville de Piazza Armerina. Sa construction a débuté à la fin du IIIsiècle.

Elle présente quelques 3 500m2 de mosaïques décorant un trentaines de pièces.

Elle a été occupée jusqu'en 1 160 où elle est ravagée par un incendie puis ensevelie par un glissement de terrain ce qui l'a probablement préservée. Redécouverte en 1812 puis fouillée à partir de 1929, elle est inscrite au Patrimoine Mondial de l'UNESCO.

Elle comporte une salle rectangulaire de 66 mètres de long couvrant 350 m2 montrant des mosaïques de scènes de chasse. Cette immense pièce est vraiment spectaculaire.

Un parcours en hauteur est aménagé pour visiter les pièces. Je suis ébloui par la conservation exceptionnelle de ces mosaïques et par la surface qui a été restaurée. C'est vraiment extraordinaire.

Les photos que je présente ici ont été retravaillées pour faire apparaître plus de détails, dans la réalité l'aspect est bien plus terne. J'ai voulu rendre un aspect mouillé comme quand j'avais visité un site en Jordanie où le guide mouillait un fragment de la surface pour obtenir des couleurs plus éclatantes. Quelques photos en complément.

Après cette visite, nous retournons à Piazza Armerina pour nous rafraîchir et voir la cathédrale.

Igor Mitoraj.

Nous retrouvons à Piazza Armerina et dans la villa Del Casale, des sculptures d'Igor Mitoraj.

Le bronze siégeant sur la place de cette ville nous rappelle celui de la vallée des Temples. Des sculptures en marbres sont présentées à la villa romaine.

Igor Mitoraj, né le 26 mars 1944 à Oederan en Allemagne et mort le 6 octobre 2014 dans le 10e arrondissement de Paris en France, est un sculpteur polonais diplômé de l'Académie des beaux-arts de Cracovie élève de Tadeusz Kantor.

Enna.

Nous arrivons à Enna en fin d'après-midi et nous installons dans notre BnB en plein centre historique de la ville. Une petite mousse avant d'aller dîner et nous mettons une "petite laine" car nous sommes en altitude (930 m) et il fait bien frais. Nous visitons la cathédrale d'Enna qui est magnifique.

La cathédrale du XIVe siècle édifiée à la demande de la reine Aliénor d’Anjou en 1307, avec son grand clocher (la cloche est d’une taille impressionnante), construction médiévale rénovée plus tard avec un style baroque. Un escalier monumental nous y conduit.

Ses trois nefs sont ornées de belles colonnades avec des chapiteaux corinthiens, un très beau plafond en bois à caissons. Elle conserve des peintures d'une grande valeur, des fresques de Borremans ainsi que des lustres précieux.

Les chœurs en bois et l’abside centrale est entièrement recouverte de stucs baroques de Pietro Rosso da Bologna, avec les grandes toiles de Filippo Paladini.

La sacristie conserve aussi de belles œuvres, dont des scènes de la vie de Jésus, un bénitier du XVIIe et un sol en majolique sicilienne avec des scènes du nouveau testament.

Nos visites terminées, nous allons dîner et trouvons un restaurant bien sympathique. Le Ristorante Ariston (Piazza Napoleone Colaianni) joli cadre pour nous restaurer, il y a une terrasse et l'ambiance est familiale, bienveillante. Vraiment je recommande.

Lorsque nous regagnons notre BnB, les spectateurs sortent du Théâtre municipal où il y avait une représentation.

Nous nous rapprochons de l'Etna que nous avons vu fumer en arrivant à Enna.

L'Etna fume depuis Enna.

L'Etna.

Randonnée vers les cratères sommitaux.

Les cratères sommitaux de l'Etna.

Nous sommes arrivés la veille et avons retenu une chambre dans le refuge Sapienza puis nous nous sommes inscrits pour une randonnée le lendemain.

Nous arrivons le lendemain au rendez-vous, les touristes affluent et s'équipent puis tout le monde prend la direction du téléphérique qui nous conduit au pied des cratères sommitaux.

Nous commençons notre ascension vers le sommet. Un arrêt pour casse-croûte face au deux cratères sommitaux puis nous continuons notre randonnée.

L'ambiance est sympathique, nous sommes un groupe français et anglais. Nous partons vers le point de vue sur la Vallée del Bove.

Le beau temps est là et les sommets sont assez dégagés pour voir les deux cratères dont le plus au sud fume énormément. Le cratère Nord-Est est égueulé et on distingue de très nombreuses fumerolles. Il a été le siège de la dernière éruption.

Arrivés en bordure de la Vallée Del Bove, nous avons une vue jusqu'à la mer avec Catane à nos pieds. La vallée Del Bove est impressionnante par l'uniformité de cette pente recouverte de cendre où rien ne pousse.

Notre guide nous donnera tout au long de la randonnée des explications sur le volcan et son évolution dans le temps.

Nous rejoignons le départ et prenons le téléphérique pour redescendre. Très jolie randonnée bien organisée même si le départ me paraissait un peu laborieux. Nous avons eu la chance d'avoir du beau temps avec des cratères dégagés et bien visibles. Cela ne s'était pas du tout passé comme cela lors de mon premier voyage en 2006 .

Nous repartons du refuge Sapienza pour aller dans un BnB où une jolie terrasse donne directement sur l'Etna. Après quelles balades sur les pentes de l'Etna, nous regagnons notre hôtel pour un apéro au coucher de soleil sur l'Etna.

Quelques photos complémentaires.

Coucher de soleil sur l'Etna depuis notre BnB.

Randonnée vers la Vallée del Bove.

Aujourd'hui nous partons faire une randonnée sur les pentes de l'Etna jusqu'à la Vallée del Bove. Nous suivons un sentier bien balisé qui nous conduit juste au-dessous de la falaise qui descend sur la Vallée del Bove. Au bout de ce sentier, nous avons une superbe vue sur la Valle Del Bove jusqu'à la côte, Catane et même le continent en face de nous. Randonnée très réussie, nous repartons pour visiter des gorges.

Randonnée jusqu'à la Vallée del Bove.

Les gorges de l'Alcantara.

Les Gorges de l'Alcantara résultent de l'érosion de roches basaltiques par la rivière Alcantara. C'est au niveau du village de Motta Camastra que nous visitons ces gorges.

L'épanchement du basalte, il y a plusieurs milliers d'années, s'est effectué dans le sol et la lave a refroidit très lentement pour former ces colonnes prismatiques pentagonales ou hexagonales.

L'érosion a dégagé ces roches puis la rivière est intervenue pour creuser cette gorge et voir ces magnifiques orgues basaltiques.

Nous regagnons notre BnB où nous prendrons un petit apéro en terrasse face à l'Etna mais ce soir pas de beau coucher de soleil sur les cratères sommitaux. Nous avons décidé de rester jusqu'à notre départ pour les Éoliennes dans ce BnB accueillant et avec cette belle terrasse bien orientée.

Taormina.

Vue sur l'Etna depuis Taormina.

Taormina, la "Saint Tropez" de la Sicile. Nous voulions aller visiter le théâtre antique, mais bien trop de monde, de foule. Nous restons dans la vieille ville. Du petit jardin à coté de la cathédrale, nous avons une vue magnifique sur la mer tout en bas et sur l'Etna qui fume énormément.

Nous nous baladons tout de même dans la ville pour voir la cathédrale, d'autres églises, des palais et toutes ces ruelles magnifiques. Nous nous installons sur la grande place face à la cathédrale pour prendre un petit apéro et nous restaurer puis nous décidons de monter sur les hauteurs pour voir la ville de plus haut.

Nous prenons donc la via Crucis (chemin de croix) qui monte à Casteltaormina et son château. 541 marches de notées au feutre sur le panneau au début du sentier. Mais la montée jusqu'au château est fermée par des travaux. Nous poursuivons donc notre ascension jusqu'à Castelmola encore plus haut. Plus de 200 m de dénivelé. Nous ne regretterons pas notre choix car notre parcours se fera hors de la foule et nous bénéficierons d'une vue exceptionnelle sur toute la région et Taormine. De plus ces deux petits villages sont très beaux.

Notre balade de Taormina vers Casteltaormina puis Castelmola. Beaucoup d'escaliers pour arriver à Casteltaormina puis un chemin qui grimpe raide vers Castelmola.

Très jolie balade qui permet d'avoir une superbe vue sur la côte et les villes et villages en dessous.

Puis nous regagnons notre BnB où nous prendrons l'apéro sur notre terrasse. Ce soir le coucher de soleil n'est pas aussi beau, pourtant il n'y avait pas beaucoup de vent et le panache de fumée était orienté vers le sud.

Nous aurons beaucoup apprécié ce BnB, la Villa Vulcano à Zafferana Etnea, bel établissement conçu pour l’accueil et réservé par booking.

Quelques photos de la cathédrale et de l'exposition de tableau d'Art Sacré.

Coucher de soleil sur l'Etna de notre terrasse.

Syracuse, Noto, Scicli, Raguse

Italie, Syracuse

La Sicile.

Syracuse.

l'île d'Ortygie de Syracuse.

La place du Dôme à Syracuse.
Place Archimède, fontaine de Diane.

En ce mois de septembre 2022, nous partons pour la Sicile et les îles Éoliennes. Nous atterrissons à Catane, puis après avoir récupéré notre véhicule de location (une Lancia Epsilon), nous partons pour Syracuse où nous resterons deux jours. Nous avons réservé un hôtel très bien situé dans la vieille ville d'où nous partons pour nos visites.

Nous commençons par prendre une bière sur la place Archimède devant la fontaine de Diane. Il fait assez chaud et apprécions cette boisson bien fraîche. De là nous partons pour la place du Dôme.

Nous sommes sur l'île d'Ortygie de Syracuse. La Cathédrale de Syracue a été bâtie sur sur ancien temple grec dont les piliers ont été conservés et inclus dans les mur de l'édifice.

Elle est inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO de Syracuse depuis 2005.

L'extérieur est de style baroque et rococo et l'intérieur a conservé les piliers grecs de l'époque sicéliote (VIIIe siècle av J-C.) ainsi que des parties médiévale construites par les Normands. La façade fut reconstruite au XVIIIe après le tremblement de terre de 1693.

C'est l'architecte Andrea Palma qui est chargé de la reconstruction de la façade au début du XVIIIe siècle. La façade est d'une composition très complexe et riche en décorations et constitue l'expression baroque la plus accomplie que l'on trouve dans toute la ville.

En complément, quelques photos.

L'Amphithéâtre Romain.

L'amphithéâtre de Syracuse est un édifice taillé dans le roc aux alentours du Ier/IIIe siècle. D'ailleurs il ne reste que les parties taillées dans la roche. Au XVIe siècle, les Espagnols détruisirent ce lieu et l'utilisèrent comme carrière pour construire les murs de la ville de Syracuse.

De forme elliptique (140 m de long pour 119 m de large), faisant de cet amphithéâtre le plus grand de Sicile.

Nous visiterons le parc archéologique de Neapolis, situé juste à l'extérieur de la ville et nous serons un peu déçus par le théâtre grec recouvert de planche pour former les sièges ce qui enlève beaucoup à l'authenticité de ce monument.

Nous irons aussi visiter les Latomies, des carrières de pierre antiques creusées en sous-sol dont une partie importante s’est effondrées lors des tremblements de terre. Nous visitons l’Oreille de Denys ainsi que les carrières adjacentes. Quelques photos complémentaires.

Le Palazzo Borgia del Casale

Nous ne pouvions pas passer à Syracuse sans visiter un palais. Et le Palazzo Borgia del Casale se visite en nocturne.

Construit par des Borgia et des Impellizzeri, il est très bien restauré et meublé avec des mannequins présentant des habits d'époque. Nous aurons même droit à une coupe de champagne pendant notre visite.

Nous avions vu la veille des touristes qui visitaient ce palais et nous avons eu envie de voir cette riche demeure. La façade du bâtiment donnant sur la Piazza del Duomo présence beaucoup de structures baroques. L'espace d'un moment, nous vivons le luxe des palais italiens.

Et quelques photos complémentaire.

Vue sur Syracuse depuis la mer.

Noto.

Ville de Noto.

Après une dernière visite des splendeurs de Syracuse, nous quittons la ville pour celle de Noto. Encore une ville riche en monuments et églises. Nous avons encore cette fois trouvé un hôtel bien sympathique en centre ville. Après y avoir déposé nos affaires, nous partons explorer la vieille ville.

Nous grimpons dans le clocher d'une église d'où nous avons une superbe vue la cité.

Vue sur le Duomo.

Tellement emballé par la visite d'un palais à Syracuse, nous allons en visiter un autre à Noto. Le Palazzo Nicolaci di Villadorata. Certes je le trouve très beau mais nous ne retrouvons pas le style baroque qui symbolise cette partie de la Sicile. Mais je me verrai bien y passer un petit week-end. Quelques photos du palais en complément.

Nous continuons notre exploration de la ville et allons visiter la Chiesa di Santa Chiara. Toujours des œuvres magnifiques dans ces églises, les tableaux, les fresques, l'architecture elle-même. Tout cela pour exposer la richesse des notables et seigneurs de la ville.

Nous continuons de déambuler dans la vieille ville et le nez en l'air nous admirons les façades des palais. Pour le Palazzo Nicolaci di Villadorata, chaque balcon est unique. Visite du théâtre Tina di Lorenzo, un vrai théâtre à l'italienne. Nous parcourons les rues et ruelles de la ville en nous arrêtant de temps en temps pour nous rafraîchir car il fait assez chaud (31°c).

Nous trouvons un restaurant sympathique pour dîner et le lendemain, après une dernière visite nous prenons la route pour d'autres visites.

Scicli.

La ville baroque de Scicli

Nouvelle étape dans notre découverte de la Sicile en direction de Raguse, nous sommes dans la plus authentique ville baroque du Val di Noto, Scicli. Ce n'est qu'une étape car nous devons rejoindre Raguse.

Je visite donc une petite église transformée en musée, le Museo-Chiesa Santa Teresa. J'ai beaucoup aimé cette petite ville même si nous ne disposions que de peu de temps, mais cette église-musée était vraiment magnifique, bien restaurée et présentant les fresques magnifiques.

Visite de cette ville, déjeuner et nous reprenons la voiture pour poursuivre notre route.

Raguse.

La vieille ville de Raguse.

Notre arrivée à Raguse en fin d'après-midi n'aura pas été de tout repos. Il y a deux villes, Ragusa Supériore et Ragusa Ibla. La vieille ville étant cette dernière. Et nous avons réservé un BnB dans Ragusa Superiore et pas Ragusa Ibla. Ce n'est qu'un détail me direz-vous mais du parking de Ragusa Superiore jusqu'au meublé, nous avons traîner nos valises sur 150 m de dénivelé. La dame qui nous a reçu nous a offert de l'eau fraîche pour nous désaltérer et nous avons changé nos T-shirt trempés ....

C'était très loin et très haut ! Mais pour visiter Rraguse Ibla, il faut descendre de Supériore et remonter Ibla.

Nos vacances sont parfois assez sportives ...

Donc après un peu de repos, nous sommes partis visiter Ragusa Ibla. Redescente de Superiore puis montée à Ibla.

Nous nous dirigeons vers le haut de la ville pour voir la Cathédrale et le Dôme apparaît au détour d'une ruelle. Il est immense et se détache bien sur le ciel bleu.

L'église par elle-même n'est pas aussi somptueuse que nous l'attendions mais en poursuivant nos visites, nous tombons sur une église transformée en Auditorium qui expose des œuvres contemporaines sur Pasolini et nous poursuivons voir la Chiesa di San Giacomo Apostolo.

L'exposition sur Pasolini à l'auditorium San Vincenzo Ferrei est superbe et très inattendue dans une église même si il n'y a plus de culte.

La Chiesa di San Giacomo Apostolo est vraiment magnifique avec un plafond en bois peint somptueux.

Après nos visites, nous trouvons un resto sympathique puis nous prenons une navette pour remonter à Ragusa Superiore. Nous retrouvons notre BnB dans Ragusa Superiore et notre hôte nous a préparé le lendemain matin un petit déjeuner pantagruélique.

Vraiment une adresse que je recommande car même si un peu loin de Raguse Historique, Ragusa Supériore est une très jolie ville et ce BnB est très bien tenu.

B&B CARRUBBELLE (Nous sommes passé par Booking pour la réservation) Via CARRUBBELLE N°50 angle. Via ROMA (+39 333 376 2848)

Le lendemain, nous reprenons notre véhicule pour continuer notre exploration de la Sicile.

Ragusa Ibla.

Sydney, escale en Australie.

Sydney

Sydney et les Blue Mountains.

Sydney, l'opéra de l'architecte Danois Jørn Utzon.

Sydney.

À l'occasion d'un voyage sur les îles du Vanuatu, nous faisons, avec mon ami Jean-Luc, une escale de quelques jours à Sydney pour visiter cette ville et ses environs.

Jean-Luc à réservé une chambre dans un rb and b tenu par un français.

Nous sommes en novembre, donc au printemps pour l'hémisphère sud. Nous aurons un temps chaud et parfois bien humide surtout le jour de notre visite de Manly Beach sous la pluie. Mais pendant ces quelques jours, j'aurais l'occasion de faire un joli run dans les rues et parc de Sydney. Beaucoup de français se sont installé à Sydney. Notre colocataire du rb n b travaille dans un garage automobile et le propriétaire de l'appartement que nous occupons possède un restaurant juste à côté.

Lors de nos visites, nous rencontrerons de nombreux jeunes français travaillant essentiellement comme serveurs dans les restaurants.

Le quartier Barangoroo

Les buildings du centre ville.

Sydney est la capitale de la Nouvelle-Galles du Sud et présente un bel ensemble de buildings très modernes faisant penser à Manhattan à New York.

C'est le quartier Barangoroo, ancien terminal de conteneurs, complètement repensé et aménagé. Buildings de bureaux, d'appartements, restaurants mais aussi grands espaces verts.

Nous nous baladons le nez en l'air au milieu des gratte-ciels. Ce quartier, en bordure du port, participe à la skyline de Sydney avec le Harbour Bridge et l'Opéra monumental.

Nous poursuivons notre marche jusqu'à la Tower Eyes qui nous permettra d'avoir une vue panoramique sur le centre-ville en déambulant dans les rues et espaces verts.

La Tower Eyes.

Sydney est une ville très étendue (12 300 km2) sur les bords de la mer de Tasman à l’est et les Blue Mountains à l’ouest, le fleuve Hawkesbury au nord et le plateau de Woronora au sud.

Port Jackson, Sydney Harbour ou baie de Sydney est le port naturel de Sydney en Australie. Il s'agit d'un aber s'avançant de 19 kilomètres à l'intérieur des terres qui est traversé par le célèbre Harbour Bridge.

Peuplée d’environ 5 millions d’habitants, c’est la ville la plus peuplée de l’Australie.

Plus grand port naturel du monde, il y a plus de 70 plages en zone urbaine dont les célèbres plages de Bondi et Manly.

Depuis la Tower Eyes, nous avons une superbe vue panoramique sur la ville dont on ne voit pratiquement pas les limites à l'horizon. On peut reconnaître Le Harbour Bridge, l'Opéra (entre les buildings), la Cathédrale Sainte Marie, les buildings du quartier Barangoroo, le port et la baie de Sydney elle-même.

Port Jackson, Sydney Harbour.

Sydney, le port et les docks.

Nous quittons la Tower Eyes et nous dirigeons vers le port en flânant au grès de notre balade dans les quartiers que nous traversons.

Celui de Newtown avec de petites maisons typiques puis la place avec la cathédrale Sainte Catherine.

Nous aboutissons sur le parvis de l'Opéra et rentrons pour voir le hall mais nous ne ferons pas la visite car ne coïncide pas avec notre planning. Nous passerons du temps à visiter l'extérieur et admirer la structure bien particulière de cet édifice.

Puis allons voir les docks. La ville est vraiment très agréable et j'en aurais une bonne expérience en faisant un run d'une dizaine de kilomètres un matin avant de repartir avec Jean-Luc pour de nouvelles visites.

Nous déjeunerons au niveau des docks avant de prendre une navette pour visiter les rives de l'aber.

Visite de la baie et rives de l'aber.

Nous empruntons un bateau navette pour visiter l'aber et ses rives. De nombreuses villas bordent les rives, certaines modestes, d'autres cossues ou même somptueuses.

Nous profitons du soleil en navigant et nous ferons deux trajets différents en revenant au centre ville tard en fin d'après-midi.

L'opéra est illuminé et il y a une fête en l'honneur de l'équipe de rugby, les Walabies. Des projections lumineuses sur les "voiles" de l'opéra acclament l'équipe avec leur couleurs et un feu d'artifice sera tiré du coté des docks.

Fête des Wallabies.

Blue Mountains - Wentworth Falls.

Les Blue Mountains, Wentworth Falls.

Ce matin nous partons à la gare prendre un train pour les Blue Mountains et descendons à Wentworth Falls à une centaine de kilomètres de Sydney. De là nous empruntons un sentier qui descend vers la chute d'eau du même nom et permet d'admirer le paysages des blue mountains en cheminant au travers de la falaise.

Nous commençons par le belvédère de Fletchers avant d'atteindre le sommet de la célèbre cascade de Wentworth Falls. De cette cascade nous emprunterons les sentiers qui longent la falaise en empruntant des passages naturels dans les strates géologiques. Cela permet de surplomber la foret au-dessous et de cheminer à l'ombre car il fait assez chaud.

De nombreux parcours sont aménagés et nous en emprunterons plusieurs pour découvrir ce lieu.

Les Blue Mountains forment une partie de la Cordillère australienne qui longe approximativement l'est et le sud-est de la côte australienne sur environ 3 000 kilomètres.

C'est un massif de grès avec un point culminant à plus de 1 100 m d'altitude. Essentiellement boisées d'eucalyptus, le nom de Blue Mountains vient du reflet bleu que prend l'atmosphère lors des temps chaud et sec, saturée de vapeur d'essence d'eucalyptus.

Nous cheminons sur les sentiers qui longent la falaise sur plusieurs niveaux. Nous avons un point de vue depuis ces sentiers magnifique sur la foret d'eucalyptus. Plusieurs autres cascades sur notre parcours et la foret est relativement humide le long de cette grande falaise.

Nous reprendrons le train pour rentrer à Sydney et passer la soirée en ville.

Les plages de Bondi et Manly.

Sydney, les plages de Bondi et Manly.

Nous irons par deux fois découvrir les pages de la baie de Sydney. Une première visite à la plage de Bondi puis celle de Manly.

Nous ne pouvions pas être en Australie et à Sydney sans aller voir les célèbres plages avec leurs surfeurs et sauveteurs.

Jean-Luc aura l'intention de faire un peu de surf mais les immenses vagues l'en dissuaderons car pas assez expérimenté. Je resterais sur la plage, ou plutôt à un bar de plage pour déguster une bonne bière IPA locale.

Nous nous baladerons aussi le long de la côte dans une belle nature préservée mais aussi pour voir une exposition d'art contemporain en plein air.

Sydney, les plages de Bondi et Manly.

C'est donc à Manly que nous découvrons le long de la côte cette exposition d'œuvres contemporaines mais cette fois sous la pluie.

Je présente ici quelques œuvres mais il y en avait vraiment beaucoup. J'ai adoré certaines et d'autres m'ont laissé ... assez perplexe ... Dommage que le temps n'était pas avec nous, mais il ne faut pas oublier que nous étions au printemps qui est souvent bien humide à Sydney.

Je ne pouvais pas terminer cet article sans présenter quelques animaux typiques de la région de Sydney et de l'Australie découverts durant notre très court séjour.

Certains à Sydney même comme les Ibis sacrés ou cacatoès et d'autres durant nos balades dans les Blue Montains.

 

 

 

Vous pouvez consulter mes articles sur le Vanuatu ainsi que le monolithe d'Uluru ou encore notre grande traversée de l'Australie du sud au nord.