Cap Vert, Ile de Santo Antao. Ribeira Grande, Porto Novo.

Drapeau du Cap Vert

Les Îles du Cap Vert.

Île de Santo Antão.

Vallée de Paùl.

Ce matin nous quittons São Vicente pour Santo Antão par bateau. Le ferry mettra une bonne heure pour effectuer la traversée. Au port nous sommes pris en charge par un chauffeur qui nous conduit au point de départ d’une randonnée pour rejoindre notre hôtel, il continue avec nos bagages.

Nous empruntons la route de la Corde qui part du port pour monter jusqu'à 1200 m d'altitude. Nous apercevons au loin l'île de São Vicente qui dépasse de la brume. La route est entièrement pavée comme toutes les routes au Cap Vert.

Nous commençons notre randonnée en contournant un ancien cratère rempli de culture et pâturages puis grimpons jusqu’à un col.

Au débouché, nous avons une vue extraordinaire sur la Vallée de Paùl jusqu'à la côte. C'est vraiment magnifique et nous sommes surpris par tant de verdure. Le relief tourmenté et recouvert de cultures et végétation nous surprend, c'est une claque !

A partir de là, nous descendons dans la vallée Paùl qui plonge jusqu’à l’océan. La vue est impressionnante, magnifique, grandiose. Nous le verrons à nos dépends car il y a plus de 1300 m à descendre jusqu'au gîte. Quatre heures de marche en tout et nous arrivons bien fourbus à l'hôtel avec encore 120 m à monter pour y parvenir. La Casa das Ilhas se mérite ! Nous nous reposons le reste de l’après-midi.

Randonnée dans la Vallée de Paùl.

Le lendemain matin, notre hôte Katelijne,  nous propose une petite randonnée dans la vallée. Elle place sur MAPS.ME des repères pour randonner sur les deux versants de la vallée. De grosses montées, de bonnes descentes, mais des paysages superbes avec le soleil qui envahit doucement la vallée.

Les plumeaux des cannes à sucre éclairés par les rayons du soleil donnent une touche magique à ces paysages. C’est vraiment différent de ce que nous avons vu jusqu’à présent car très vert, humide. L’eau gargouille dans les canaux d’arrosage et nous verrons de nombreux bassins de stockage pour l'irrigation. Cela tranche radicalement avec les autres îles arides vues jusqu’à présent. C'est un petit paradis tropical.

Le parcours de Katelijne fini, nous descendons jusqu’au bord de mer. Le petit village de Cidade das Pombas comporte de nombreux commerces et quelques hôtels et restaurants. Arrêt pour une bière bien fraîche en bord de l'océan puis nous continuons à explorer les ruelles avant de trouver un petit resto en bord de mer. Repas très simple, les touristes ne sont pas nombreux. Nous remonterons au gîte en Aluger et profiterons du point de vue sur la terrasse du gîte pour un repos bien mérité.

Nous vous recommandons ce Gîte.

Casa das Ilhas - casadasilhas@yahoo.fr - www.casadasilhas.com

Cette vallée tropicale nous rappellera la Réunion par sa verdeur et son relief tourmenté. De nombreuses cultures dont la canne à sucre qui sert à produire le "grogue" local comparable au Rhum, et toute en fleur avec leur toupets terminaux illuminés par le soleil. On retrouve aussi les tubercules avec patate douce, taro, igname. Des fruitiers avec manguiers, arbres à pain, pomme cannelle, agrumes, papaye ... C'est une terre volcanique fertile, riche et cette abondance d'eau permet de tout cultiver sous ces latitudes tropicales.

Ponta do Sol.

Tour de l'île de Santo Antao. Caldeira das Patas.

Ce matin nous quittons la Casa das Ilhas pour un tour de l’île. Les tarifs pour les aluguers sont fixés par le gouvernement. Le prix est multiplié par dix pour les taxis.

Nous descendons jusqu’à Cidade das Pombas et de là prenons la route côtière qui mène à Porto Novo. Nous sommes installés à l’arrière du pick-up et avons une belle vue sur les paysages que nous traversons.

La route passe bien au-dessus de la côte qui est souvent bordée par de falaises. Un détour pour monter vers un village, et dès que nous prenons un peu d’altitude, la végétation change, elle devient bien plus présente et tropicale. C’est dans les hauteurs que l’eau est présente et permet d’irriguer les cultures. On retrouve beaucoup de canne à sucre, bananiers.

Nous reprenons la route principale, un arrêt pour monter jusqu’à un phare, un autre pour un tout petit port de pêche avec une plage de sable noir. Il y a très peu de plage, la côte est trop rocheuse et présente souvent de grandes falaises.

Nous arrivons à Porto Novo pour un bref arrêt puis prenons la route jusqu'à la Caldeira das Patas. Très beaux paysages de montagnes verdoyantes.  Nous sommes entourés par de grandes murailles, les parois d’une grande caldeira.

Retour à Porto Novo pour nous restaurer et prendre en charge une nouvelle cliente de la Casa das Ilhas.

Nous quittons Porto Novo en empruntant une seconde fois la route des Cordes. L’atmosphère est beaucoup plus brumeuse qu’à notre arrivée, nous ne voyons plus São Vicente perdue dans la brume et même Porto Novo disparaît progressivement. Notre chauffeur nous dira que c’est le vent de poussière arrivant du Sahara qui efface tout à l’horizon.

Nous dépassons Cova de Paul, le cratère où nous avions commencé notre randonnée jusqu’au gîte, puis redescendons l’autre versant. La température est devenue beaucoup plus froide et je passe une polaire pour poursuivre la route.

Nous passons un col à 1390 m d’altitude, la température à nettement diminué, je me pèle, les versants sont boisés et très verts. La descente sur Ribeira Grande est extraordinaire. Des paysages verts et très escarpés, des falaises à couper le souffle, c’est vraiment très beau. La route passe sur une crête avec la falaise de part et d'autre, il ne faut pas avoir le vertige ! De plus, en fin d’après-midi, la lumière rasante crée des ombres sur les reliefs dans le style d'estampes japonaises, j’adore, c'est magnifique.

Nous dépassons Ribeira Grande pour nous rendre à Ponta do Sol où nous avons notre hôtel, Kasa Tambla.

La ville est très jolie et nous arrivons pour un superbe coucher de soleil sur l’océan. Petit tour sur le port, nous trouvons rapidement un restaurant pour l'apéro puis le dîner. Trois musiciens chantent des morceaux de Césaria Evora, bonne fin de journée.

Tour de l'île de Santo Antao. La vallée de Ribeira Grande.

Nous demandons à l’hôtel des randonnées à effectuer dans la région et il nous propose de faire la boucle de Ribeira da Torre.

Nous partons en Aluguer jusqu’a pied de l’hôtel Xoxo (Tchotcho) et de là nous prenons des sentiers qui partent dans les petits villages et zones cultivées.

Encore beaucoup de dénivelé et de très beaux paysages. Les plantations de cannes à sucres mais aussi de petits potagers et d’autres cultures maraîchères.

La boucle terminée, nous prenons une bière à l’hôtel Xoxo et rencontrons deux françaises (Betty et Mélissa) qui entament la randonnée et cherchent une cascade que nous pensons avoir vue sans eau. Nous prenons un Aluguer pour le retour.

Retour en Aluguer, nous nous arrêtons à Sinagoga pour voir des piscines naturelles.

Il y a bien une échelle pour descendre dans un bassin creusé dans le basalte, mais il y a vraiment trop de vagues et nous renonçons à la baignade. Les vagues se fracassent avec toujours autant de force sur les rochers de la côte. Voir la vidéo.

Nous reprenons un Aluguer pour rentrer à Ponta do Sol et passerons la soirée dans un resto en bord de mer. Un joli coucher de soleil vu du port, une soirée au resto, musique dans les bars.

Des chanteurs jouent à coté de notre table dans un petit restaurant à Ponta do Sol. Jolis airs de morna, musique traditionnelle cap-verdienne.

Vidéo 1  -  Vidéo 2

Cruzinha da Garça.

Randonnée de Ponta do Sol à Cruzinha.

Nous avons à nouveau un transfert en randonnée. Les bagages partent avec un chauffeur et nous à pied pour rejoindre le prochain gîte.

Nous voici donc, plan MAPS.ME à la main, nous dirigeant dans les rues de Ponta do Sol pour trouver le début du sentier de randonnée.

Nous suivons tout du long le bord de mer par une route pavée au début puis un sentier pavé lui aussi sur tout le parcours. Au Cap Vert les routes sont toutes pavées, cela nous parait un travail de titan. Des pavés noirs de roche basaltique très dure, bien alignés et dont la longévité est certainement bien supérieure à l'asphalte.

Ce sentier monte et descend de façon vertigineuse comme toujours au Cap Vert, et les paysages sont là aussi exceptionnels. L’océan en contrebas qui gronde, les vagues se fracassant sur les roches et formant de vastes étendues d’écume. Les falaises au-dessus de nous, impressionnantes avec le basalte foncé qui les constitue et les longs dykes qui les traversent.

Randonnée de Ponta do Sol à Cruzinha.

Nous faisons ce chemin dans le sens Ponta do Sol à Cruzinha, mais les touristes le font généralement dans l'autre sens, en prenant un Aluguer de Ponta do Sol à Cruzinha et revenant par le sentier du littoral. Il y a très peu d'Aluguer en arrivant à Cruzinha, pour ainsi dire aucun. Nous sommes bien content de le faire dans l'autre sens car certaines portions du sentier sont tout de même plus facile dans notre sens que dans l'autre.

La grande partie du trajet, nous serons à l’ombre des falaises et rafraîchis par le vent du large, que demander d’autre !

Nous mettrons sept heures pour faire ce trajet de 18 km avec une heure d’arrêt pour une petite bière et une autre pour nous restaurer.

908 m de dénivelé positif sur le parcours. Nous traverserons quelques petits villages, Fontainhas, Corvo, Formiguinhas pour une petite bière, un hameau abandonné aux maisons en ruine.

Encore une belle randonnée pour arriver au petit village de Cruzinha. Nous trouvons en bord de mer petit resto où nous nous restaurerons. Je n'aurais jamais manger autant de poisson qu'au Cap Vert. Essentiellement grillé, je me suis régalé. Il nous faudra encore une bonne heure pour rejoindre notre gîte un peu plus haut à Igreja.

Randonnée de Ponta do Sol à Cruzinha.

Puis nous arrivons à Casa d’Igrejà où nous retrouvons nos valises. Notre hôte nous conduit à notre chambre. Le lieu est magnifique, petite bâtisse en pierre sèche, espaces extérieurs arborés et bien aménagés pour le repos et un agréable séjour. Nous sommes en demi-pension et le repas du soir est succulent. Le propriétaire étant cuisinier.

Le gîte est installé dans un cirque montagneux qui ne reçoit que très peu d’eau. Cinq jours de pluie cette année et nous discutons avec la propriétaire des problèmes d’eau qu'elle rencontre et qu’il faut gérer au quotidien quand on reçoit des touristes européens chez qui l’eau coule toujours quand ils ouvrent un robinet.

Nous avons vu dans chaque gîte ou hôtel des informations sur cette pénurie d’eau et les mesures à prendre pour ne pas la gaspiller. Il n’est pas rare de voir nombre de personnes transportant des bidons pour les remplir aux points de délivrance d’eau potable. Le dernier hôtel n’était approvisionné que tous les quatre jours alors qu’avant c’était tous les deux jours. Le Cap Vert dans son intégralité doit faire face à cette pénurie d'eau chronique.

Randonnée de Ponta do Sol à Cruzinha.

Chã de Igrejà .

Aujourd’hui nous devions faire une petite randonnée vu les 18 km de la veille. Nous partons de Casa d’Igrejà pour le barrage Canto de Cagarra. C’est une jolie réserve d’eau à la surface miroir qui reflète le paysage. C’est d’un calme par rapport à l’océan déchaîné !

Nous en repartons en suivant le canyon jusqu’à la mer. Bifurquons pour aller à Cruzinha où nous retrouvons la patronne du resto de la veille. Une bière et nous partons pour la plage que nous avions vue durant la randonnée de la veille.

Un t-shirt rouge au bout d’un grand bâton, c’est certainement un drapeau rouge pour avertir que la baignade est interdite, ou du moins dangereuse. Mais pas de crainte, vu les rouleaux qui déferlent sur la plage, seuls les crabes inconscients s’y risquent.

C’est une belle plage de sable noir, déserte, très large jusqu’au pied de la falaise. On retrouve nombre de déchets plastiques, la pollution ne connait aucune frontière, traverse tous les océans !

Retour en repassant par le canyon et le village Chã de Igreja que nous visitons vite fait.

Plage vers Cruzinha.

Nous rentrons au gîte Casa d’Igreja. Ce lieu est plein de charme, l'accueil est chaleureux, la propriété est bien végétalisée ce qui contraste par rapport à ce qui l’entoure.

Notre hôte m’expliquera leur gestion de l’eau, notamment la récupération des eaux usées pour l’irrigation de la végétation de la propriété. Tout est fait pour ne rien perdre car la distribution de l’eau se fait tous les 36 jours et la piscine permet surtout le stockage du précieux liquide.

Les petits bâtiments en pierres sont bien décorés. Un apéritif est organisé avant le dîner et le repas est excellent, le propriétaire ayant de grands talents pour nous proposer chaque jour des plats succulents dignes de bons restaurants. Vous pouvez vous informer sur les randonnées ou activités à faire dans la région.

Kasa d'Igrea Ecologe   Tel: (00238)978 90 90 (00238) 352 64 47

Retour à Porto Novo.

Ce matin, nous quittons  la Casa d’Igreja et notre chauffeur emprunte la route pour Ribeira Grande puis celle pour Porto Novo où nous prenons le ferry pour Mindelo sur São Vicente.

Très belle route d’Igreja jusqu’à la côte. Les versants montagneux sont assez verts et toujours aussi escarpés. Les montagnes présentent sur leurs versants de très nombreux dykes orientés dans tous les sens ce qui donne aux paysages un aspect complexe.

Nous arrivons à l’heure pour l’embarquement. La traversée est un peu houleuse, l’océan est agité.

Nous rencontrons le groupe des “cousines” déjà vu à Santiago et Mindelo. Elles ont enfin récupéré leurs valises une semaine après leur arrivée. La compagnie cap-verdienne semble être coutumière de cet incident. Ce sont deux sœurs et leur cousine qui voyagent ensemble. Très sympathiques, nous discutons sur le pont supérieur du ferry et je ne vois pas passer cette traversée.

Vraiment nous aurons été enchantés par l'île de Santo Antão, c'est le paradis des randonneurs. Certes il faut avoir la "forme" car ces balades sont toujours assez sportives vu le relief escarpé de l'île, mais se sont des randonnées dans un cadre très vert, tropical et très agréable. Nous aurons rencontré beaucoup de randonneurs, français la pour la plupart.

Ce n'est pas une île où on va pour se baigner, certes les plages de sable noir sont magnifiques mais l'océan est agité et les vagues dissuadent toute baignade.

Les gîtes étaient vraiment à la hauteur, très agréables. Nous finissons notre séjour sur São Vicente avant de reprendre notre vol pour la France.

Encore un beau voyage !