Half Dôme, Yosemite National Parc.

Yosemite National Parc.

Le Half Dôme.

Half Dôme.

C’est un dôme granitique (granodiorite) situé à l’extrémité est de la vallée de Yosemite dans le parc national du même nom en Californie.

Le sommet se situe à plus de 1 440 mètres au-dessus du niveau de la vallée, à 2 693 mètres d'altitude.

Les Amérindiens appelaient le Half Dôme Tis-sa-ack, ce qui signifie « la roche fendue ».

Le Half Dôme est un excellent exemple de dôme d'exfoliation. Ses formes arrondies près du sommet ont été créées par desquamation. Ces reliefs granitiques ont été façonnés par les glaciations.

Des glaciations répétées pendant des millions d'années ont donné lieu à une concentration de caractéristiques paysagères particulières, dont des falaises escarpées, des dômes et des chutes d'eau vertigineuses.

La topographie glaciaire est exceptionnelle, notamment la spectaculaire Vallée de Yosemite, encaissement glaciaire d'un kilomètre de profondeur, creusée dans le glacier, avec des parois de granit massif et diaphane.

Half Dôme.
Half Dôme.
Half Dôme.

C’est le vestige d'une chambre magmatique qui s'est refroidie lentement et a cristallisé des milliers de mètres sous la surface de la Terre. Ce volcanisme est dû à la subduction de la plaque pacifique sous la plaque nord-américaine.

La chambre magmatique solidifiée - appelée pluton - a ensuite été exposée par soulèvement et érosion de la roche sus-jacente.

Au fur et à mesure que la roche sus-jacente s'érodait, la pression de confinement sur le pluton a été supprimée et un type d'altération appelé exfoliation a lentement créé l'apparence plus arrondie du dôme.

En même temps, les intempéries le long des joints verticaux ont créé la face nord-ouest abrupte.

La glaciation ultérieure a continué le processus en creusant et en arrachant la roche de la face déjà escarpée.

Les processus d'altération se poursuivent à ce jour, comme le montrent les nombreuses chutes de pierres qui se produisent dans la vallée de Yosemite.

Half Dôme.
Half Dôme.
Half Dôme.

Il ne fut probablement jamais un dôme complet et rond. Quand le Half Dôme s’est formé, il avait déjà des fractures dans le granite. L’eau s’inflitra dans les fractures et gela, cassant la roche.

Des glaciers érodèrent la base du dôme. Finalement, environ 20 % du dôme fut emporté par le glacier Tenaya, laissant derrière lui une paroi presque verticale.

L'impression du fond de la vallée qu'il s'agit d'un dôme rond qui a perdu sa moitié nord-ouest n'est qu'une illusion.

À partir de Washburn Point, Half Dôme peut être vu comme une fine crête de roche, une arête, orientée nord-est-sud-ouest, avec son côté sud-est presque aussi raide que son côté nord-ouest, à l'exception du sommet.

Half Dôme.

Jusque dans les années 1870, les gens considéraient que le Half Dôme ne pouvait être grimpé.

De nos jours, des milliers de randonneurs atteignent le sommet chaque année par la « voie normale avec les câbles ».

Un itinéraire qui part du fond de la vallée et fait 13,5 kilomètres pour 1 500 mètres de dénivelé positif, avec une difficulté de « randonnée alpine ». Les derniers 200 mètres d'ascension sont une dalle très inclinée (30°) équipée de câbles métalliques (posés en 1919).

Half Dôme.

Nous avons découvert le National Yosemite Parc lors d’un grand voyage en Californie. Nous sommes entrés dans ce parc en passant par le tunnel View, très impressionnant à traverser. Le parc en juillet était très fréquenté et nous avons eu du mal à trouver un hébergement pas trop loin de l’entrée. Lors de ce grand voyage, nous avons visité Death Vlaley, Joshua Tree National Parc, Bodie, Mojave National Preserve, Palm Springs, Los Angeles et San Fransisco.

Très bonne ambiance lors de nos voyages aux US, les parcs sont calmes et sécurisés, les touristes sont respectueux des lieux et de très nombreuses balades sont proposées par les rangers des centres d’information. Tout est fait pour que vous passiez un excellent séjour dans une nature préservée.

Le Mont Denali.

Alaska.

Le Mont Denali, anciennement dénommée Mont Mc Kinley.

Le Mont Denaly, 6 190 m d'altitude.

Cette montagne, la plus haute d’Amérique du nord, était dénommée Mont Mc Kinley.

Situé en Alaska, elle culmine à 6 190 m d’altitude. Elle est juste au-dessous du cercle polaire situé dans le parc national de Denali.

Il aura fallu attendre la fin août 2015 pour que le nom de Denali soit affecté officiellement à cette montagne, nom reconnu depuis 1975 par l’Alaska Board of Geographic Names et par l'État d'Alaska.

Denali signifie « celui qui est haut » en koyukon, une langue athapascane.

Le Denali fait partie de la chaîne d’Alaska, c’est un des sommets les plus isolés du monde après l’Everest et l’Aconcagua.

Le sommet est aussi connu sous le nom de Bolchaïa Gora, signifiant « grande montagne » en russe, puisque l'Alaska a appartenu à l'Empire russe jusqu'en 1867.

La base du Denali est grossièrement un plateau à 700 mètres d'altitude, soit une élévation verticale de 5 500 mètres.

Il possède deux pics significatifs : le sommet Sud est le plus élevé, (6 190 mètres d'altitude) alors que le sommet Nord a une altitude de 5 934 mètres.

Le Mont Denaly, 6 190 m d'altitude.
Le Mont Denaly, 6 190 m d'altitude.

Les autres pics mineurs sont le South Buttress (4 842 m), l'East Buttress high point (4 490 m), l'East Buttress most topographically prominent point (4 465 m) et le Browne Tower (4 429 m).

Cinq larges glaciers, dont certains atteignent 70 à 80 kilomètres de long, descendent les pentes de la montagne.

Le glacier Peters se trouve sur le versant nord-ouest alors que le glacier Muldrow se situe au nord-est. Immédiatement à l'est du glacier Muldrow et aboutissant sur le versant oriental du massif, se trouve le glacier Traleika. Le glacier Ruth se situe au sud-est de la montagne et le glacier Kahiltna au sud-ouest.

La chaîne d'Alaska est formée par la subduction de la plaque pacifique sous la plaque nord-américaine, entraînant la déformation de cette dernière (à un rythme de 5 cm par an).

Le Denali est constitué de granite et de schiste, résultat du métamorphisme dans le massif, et, à une dizaine de kilomètres en profondeur, d'un pluton âgé de 56 millions d'années. Il continue à pousser la montagne vers le haut, à un rythme de un millimètre par an.

Le Mont Denaly, 6 190 m d'altitude.

Environ 600 séismes d'une magnitude supérieure à 1 sur l'échelle de Richter se produisent chaque année, 70 % d'entre eux sont compris entre 1,5 et 2,5.

La magnitude des tremblements de terre ne dépasse que très rarement 4,5. Toutefois, le 21 mai 1991, une secousse de 6,1 s'est produite à 112 kilomètres de profondeur, juste sous le Denali.

Le 23 octobre et le 3 novembre 2002, deux secousses de 6,3 et 7,9 se produisent à 50 kilomètres de profondeur, à l'est du parc, ce qui fait de la seconde la plus puissante de l'État d'Alaska de mémoire d'homme.

Une des failles majeures qui résulte de ces mouvements tectoniques est la faille du Denali.

Le camp minier de Kennecott en Alaska.

Kennecott - Façade

Kennecott, ville fantôme en Alaska.

Situé au nord de Valdez, ce camp minier exploitait plusieurs mines de cuivre. A partir de 1898, des aventuriers de la « ruée vers l’or » remontent la Copper River jusqu’à la bourgade de Chitina et de là empruntent la vallée qui mène au glacier Kennicott.

Découvert en août 1900 par deux prospecteurs, Jack Smith et Clarence Warner, d’une montagne aux falaises vertes qui se révéla être du minerai de cuivre d’une grande pureté. Ils fondèrent avec neuf amis la Chitina Mining and Exploration Company.

Vue du site en 1918.

Un géologue de l'US Geological Survey analysa un échantillon et conclu qu’il contenait 70% de cuivre mais aussi de l’argent et de l’or.

Le développement de la mine commença immédiatement avec des financements  de la famille Guggenheim et de JP Morgan, qui ont formé la Kennecott Copper Corporation en 1903.

La société ainsi que le camp minier prennent le nom du glacier situé dans la vallée, le Glacier  Kennicott. Une erreur de transcription transforma le nom en Kennecott.

Nous avions repéré cette mine abandonnée dans notre guide et nous faisons un saut pour la visiter car nous aimons ces villes fantômes.

Cinq mines approvisionnaient Kennecott : Bonanza, Jumbo, Mother Lode, Erie et Glacier. Glacier était une mine à ciel ouvert exploitée uniquement l’été.

Les mines Bonanza, Jumbo, Mother Lode et Erie étaient reliées par des tunnels. Bonanza et Jumbo étaient sur Bonanza Ridge à environ 5 km de Kennecott.

Et la mine Mother Lode était située du côté est de la crête de Kennecott.

La mine Erie était perchée à l'extrémité nord-ouest de la crête de Bonanza surplombant le glacier Root à environ 6 km sur un sentier glaciaire de Kennecott.

Le haut du site, arrivée du minerai.

Deux téléfériques transportaient le minerai jusqu’en haut de Kennecott où commençait la chaine de raffinage. De Kennecott, le minerai était transporté jusqu’à Cordova situé sur la côte par chemin de fer de la Copper River and Northwestern Railway sur une distance de 315 km ouverte en 1911.

 

La photo au-dessus a été prise du haut du site minier où arrivait le minerai pour le raffinage. Au loin, on peut observer les moraines du glacier Kennicott et les déchets industriels de l'exploitation minière.

Le premier train transporta un chargement d’une valeur de 250 000 $. En 1916, année de pointe de la production, les mines produisirent pour 32,4 millions de dollars.

La mine comportait des logements pour les mineurs et l’administration ainsi que des services médicaux comme dentistes et hôpital.

 

Le site industriel comportait une centrale électrique pour fournir l'énergie nécessaire au fonctionnement des machines de traitement du minerai. On peut voir ci contre les cheminées de cette centrale électrique bien restaurée.

Sur les 5$ de salaire journalier, 2$ étaient repris pour le logement, 1 à 2$ pour la nourriture et le dernier dollar permettait au mineur d’aller se distraire dans les bars et bordels de Mc Carthy appartenant au trust minier !

Les mineurs repartaient vers leur contrée sans s’être enrichis.

Nous passons un grand moment à explorer les bâtiments. En partie en ruine, en partie restaurés, c'est un labyrinthe entre de grandes cuves, chaudières, machines complexes. Nous adorons cette ambiance.

Mais en 1925 la richesse des filons commença à diminuer. La mine Glacier ferma en 1929, puis ce fût le tour de Mother Lode en juillet 1938. Les trois dernières, Erie, Jumbo et Bonanza, fermèrent en septembre.

Le dernier train quitta Kennecott le 10 novembre 1938 laissant une ville fantôme, la mine fermant du jour au lendemain.

Quelque ambiance extraordinaire que cette usine désaffectée. On y retrouve une lumière unique mettant bien en valeur le mobilier industriel dans ces immenses bâtiments. Mais il faut être prudent car tout n'a pas été restauré et certains planchers ou escaliers ne sont pas très solides et sûrs. 

Voici une série de dessins techniques détaillés de Kennecott Mines et Mill Town créés pour le Historic American Engineering Record. On y retrouve des plans du camp minier, des schémas des phases de purifications. Vous pouvez visiter le site du Kennecott Mines National Historic Landmark.

Cette ville minière fût la seule en Amérique du nord à posséder le plus grand bâtiment construit en bois. En 27 ans d’exploitation  4,625 millions de tonnes de minerai ont été extraits pour une valeur de 207 millions de dollars et un bénéfice de 100 millions de dollars. Il faut rajouter 4,5 à 9 millions de dollars de revenu tiré de l’argent présent dans le minerai.

De 1939 jusqu’en 1950, seule une famille de trois personnes occupait les lieux pour garder les installations.

Dans les années 1960 la société foncière ordonna la destruction de la ville pour ne pas être responsable en cas d’accident mais peu de bâtiments furent détruits.

De nombreux objets et outils furent emportés par des visiteurs et des résidents proches mais quelques-uns furent restitués.

Dessins techniques détaillés de Kennecott Mines et Mill Town créés pour le Historic American Engineering Record

Dans les années 1980, Kennecott devient une destination touristique sans que la ville soit de nouveau habitée. Les guides touristiques vivant à proximité de Mc Carthy. La zone devient « Monument historique national » en 1986 et les terres sont acquises par le « Service des parcs nationaux » en 1998.

Depuis le site est stabilisé pour éviter que les bâtiments ne se détériorent d'avantage et une réhabilitation est entreprise avec reconstruction de certains.

Le site est accessible par une piste carrossable puis un petit train touristique. De là, de nombreuses balades sont possibles. Certaines très techniques et vertigineuses, d’autres sur le glacier au pied du camp minier. Mais nous avons préférés faire une petite balade jusqu’au pied du glacier et un retour par le haut du camp ayant passé beaucoup de temps dans le monde fantomatique des bâtiments industriels.

Bodie, ville fantôme en Californie.

Bodie, ville fantôme en Californie.

Bodie, la ruée vers l'or de l'ouest américain.

Bodie, ville fantôme en Californie.

En 2016, lors d’un voyage en Californie, nous visitons la ville fantôme de Bodie. Ici, il s’agit d’or, ce métal précieux qui fait tourner les têtes, apporte en peu de temps la fortune et les convoitises de tous.

C’est en 1859 que W.S. Bodey découvrit de l’or dans la Sierra Nevada en ce lieu perché à 2 550 m d’altitude, en plein désert, et y fondit un petit camp minier.

En 1876, on découvrit un filon exploitable et ce petit camp minier se changea en une ville que l’on nomma Bodie.

En 1880, la ville compte 10 000 habitants, c’est l’époque de la ruée vers l’or en Californie. Elle offre à la population toutes les commodités d’une grand ville, la seconde de Californie, avec banques (Wells Fargo), chemin de fer, plusieurs journaux et même une église qui restera longtemps sans prêtre car aucun ne voulait venir dans cette ville dépravée, et bien sur une prison ! Environ 2 000 bâtiments la composent.

Il y avait aussi un quartier chinois avec temple taoïste et fumeries d’opium.

A son apogée 75 saloons se répartissaient sur la rue principale et les assassinats, hold-ups, fusillades, bagarres étaient des plus courant (d’où l’absence de curé !).

Deux incendies la détruisirent et de nos jours seuls 5% des bâtiments persistent.

Cette ville a innové en construisant une centrale hydroélectrique sur la rivière Green Creek, distante d’une vingtaine de kilomètres.

Cette électricité faisait fonctionner les vingt marteaux de battage de l’usine et constituait une première dans le transport de l’énergie électrique.

Le déclin de la ville commence à la fin de 1880 quand d’autres sites sont découverts, une bonne partie des ouvriers déménageant vers ces nouveaux eldorados.

Bien que considérablement réduite en superficie, Bodie garda des résidents pendant une grande partie du vingtième siècle, même après un incendie qui ravagea le centre-ville en 1932.

Bodie est dorénavant une authentique ville fantôme d'Amérique de l'Ouest, elle a été nommée National Historic Landmark en 1961.

Aujourd'hui, Bodie est préservée dans un état de délabrement arrêté. Seulement une petite partie de la ville a survécu.

Les visiteurs peuvent arpenter des rues vides qui ont déjà connu une population de presque 10 000 personnes.

L'intérieur des bâtiments est laissé tel que lors de son abandon.

Les parcs nationaux du Nord-Ouest des Etats Unis.

Le Grand Prismatique.

Seattle.

Seattle, Space Needle construite pour l'exposition universelle de 1962.

C’est notre second voyage aux USA. Nous y passerons 3 semaines en juillet 2013.

 

Nous atterrissons à Tacoma, l’aéroport de la ville de  Seattle dans l’état de Washington.

 

Après quelques jours passés dans cette ville pour la visiter, nous prenons la route pour le Mount Rainier National Park.

 

A notre programme de voyage, quelques volcans de la Chaîne des Cascades avec le Mont Rainier, le Mont Saint Helens puis nous irons plus à l’Est pour visiter Glacier National Park, descendrons vers le sud pour visiter le Yellowstone National Park, Grand Teton National Park, et finirons par Antelop Island, Great Salt Lake State Park situé près de Salt Lake City d’où nous repartirons.

 

Nous avons entièrement organisé ce voyage sans passer par une agence de voyage. Voyager aux USA est facile, sécurité assurée et les américains sont vraiment aimables. (du moins ceux que nous avons rencontrés !!!).

Mount Rainier National Park :

Le Mont Rainier est un volcan de la chaîne des cascades qui s’étend sur les états de Californie, d'Oregon et de Washington pour les États-Unis et la province de Colombie-Britannique au Canada.

C’est la subduction de la plaque océanique Juan de Fuca sous la plaque continentale nord-américaine qui est responsable de la formation de cette chaîne montagneuse comportant une dizaine de volcans.

Mount Rainier National Park, une jolie cascade.

Le Mont Rainier est le point culminant de cette chaîne avec 4 392 m d’altitude, il comporte deux cratères et est toujours actif.

Plusieurs glaciers descendent du sommet et par endroit la neige fond sous l’effet de la chaleur due au volcanisme.

Le Parc, très beau,  comporte  des arbres millénaires, de très nombreux lacs, des cascades. Un plaisir pour les visiteurs avec nombres de sentiers de randonnées.

Nous visiterons le parc en voiture mais aussi lors de grandes randonnées dans les forêts et les vallées découvrant de magnifiques paysages.

Mount St. Helens National Volcanic Monument :

Nous continuons notre visite des volcans de la chaîne des Cascades par le mont Saint Hélens.

Ce volcan était semblable au Mont Rainier avant l’éruption de 1980 qui décapita son sommet  de plus de 300 m. Il présente à présent un grand cratère égueulé entouré des restes d’une forêt totalement détruite lors de l’éruption. Les arbres ont été coupés net sur des hectares et le glacier qui coiffait le volcan a fondu brutalement entraînant de grands lahars destructeurs.

L’éruption du mont St. Helens en 1980 a rejeté environ 10 millions de tonnes de CO 2 dans l’atmosphère en seulement 9 heures. La répercussion sur les températures est assez faible, elle est estimée à 0,1°C car le blast était latéral projetant peu de cendre dans la haute atmosphère.

Les routes et ponts ainsi que des habitations ont complètement été détruits lors de cette terrible éruption.

On compte 57 décès avec notamment des scientifiques qui surveillaient le volcan ainsi que des habitants, touristes et journalistes.

Le dôme de lave au centre du cratère égueulé du Mont St Helens.

Tout au long de notre séjour nous aurons un superbe temps ce qui est assez rare dans cette région des USA.

Nous ferons de très belles randonnées dont celle sur le Mont Saint Helens pour approcher le cratère ainsi que le lac Spirit.

Nous pourrons observer la reprise de l’activité volcanique sous la forme d’un dôme de lave s’édifiant au centre du cratère.

Ce dôme croit par intermittence, la reprise d'activité volcanique après l'éruption de 1980 peut s’observer au travers de la croissance de ce dôme. Des phase de croissance entrecoupée de périodes calmes.

Ces randonnées nous ferons voir et comprendre les effets dévastateurs de cette terrible éruption.

Mont St Helens. Les souches d'arbre après l'éruption de 1980. Les arbres ont été coupés à la base.
Mont St Helens après l'éruption de 1980 qui a couché les arbres sur des kilomètres.

Plusieurs reportages ont relayés cette éruption, mais voir de près ses effets dévastateurs est une expérience unique que j’avais hâte de découvrir.

Plus de 30 ans après cette tragédie, les effets sur le paysage sont encore très visibles.

Le lac Spirit est encore encombré de souches d’arbres arrachés et certains flancs montagneux sont recouverts de troncs d’arbres tous couchés dans la même direction.

Des zones entières ne présentent plus que des souches d’arbres coupés à moins d’un mètre de hauteur, les troncs ayant été emportés par le souffle de l’explosion.

Ces visites ont été vraiment très impressionnantes.

Le lac Spirit a été en partie comblé par les matériaux de l'éruption et on peu observer encore de nombreux troncs arrachés de la forêt l'entourant.

Sur la droite se situait une habitation complètement ensevelie par la cendre. C'était le chalet d'un des habitants de cette région qui a refusé obstinément de quitter les lieux, il avait été très médiatisé, les reporters l’interviewant régulièrement pour enregistrer son refus de partir. Finalement il y est resté ...

Glacier National Park :

Nous quittons l’état de Washington pour celui du Montana.

Sur la route, une halte pour visiter un site d’arbres fossilisés.

Une forêt de Ginkgo avec des troncs bien conservés constitue la Ginkgo Petrified Forest State Park. Mais il y a bien d’autres essences fossilisées et un petit magasin propose de jolies tranches polies où on peut observer la structure conservées des troncs.

Tronc d'arbre fossilisé.
Tranche polie d'un tronc de chêne fossilisé.

Notre route nous conduit jusqu’à Glacier National Park pour quelques jours.

Le parc est situé au nord-ouest de l'État du Montana, juste à la frontière avec le Canada, dans une région montagneuse faisant partie des montagnes Rocheuses.

Le parc est bordé au nord par le parc national des Lacs-Waterton, situé en Alberta (Canada), mais aussi par la forêt provinciale de Flathead et le parc provincial Akamina-Kishinena en Colombie-Britannique. La partie orientale du parc est bordée par la réserve indienne des Pieds-Noirs tandis que les forêts nationales Lewis et Clark et de Flathead bordent les limites méridionales et occidentales du parc.

Les montagnes Rocheuses ou « Rocheuses » (en anglais : Rocky Mountains ou Rockies) s'étendent sur plus de 4 800 km depuis le Nouveau-Mexique au sud jusqu'au Nord de la Colombie-Britannique au nord où elles sont désignées sous le nom de Rocheuses canadiennes (en anglais : Canadian Rockies).

Leur altitude varie entre 1 500 m près des hautes plaines et 4 401 m au mont Elbert dans le Colorado. Leur largeur est comprise entre 120 et 650 km.

Elles prennent une forme oblongue, étendue en longitude sur plusieurs milliers de kilomètres

Glacier National Park. Une de nos nombreuses randonnées dans les parcs nationaux américain.

Les parcs nationaux aux US sont toujours très bien entretenus avec de bonnes routes, de nombreux sentiers de randonnées et des « Visiteurs Center » où des rangers vous fournirons tous les renseignements permettant de voir les curiosités et sites d’exception de ces parcs.

Il y a également de nombreux dépliants, cartes, documentations que les rangers vous donneront pour effectuer vos excursions ou randonnées en toute sécurité et sans se perdre.

J'ai été surpris lors de nos premiers voyages aux USA par la gentillesse et la serviabilité de ces rangers toujours prêts à vous rendre service, à vous renseigner avec le sourire.

Tout est fait pour préserver la nature et permettre aux visiteurs de circuler dans cette immensité et pouvoir s’y loger dans des hôtels ou campings.

Nous passerons quelques jours pour découvrir ce parc et faire de nombreuses randonnées dans cette nature préservée. Les paysages sont immenses et de toute beauté. Nous sommes en été mais à cette altitude nombres de lacs comportent de la glace et nous rencontrerons de la neige sur certains sentiers.

Cabanes dans les camping aux USA.
Une des cabanes sur notre parcours et notre voiture de location.

Nous n’irons pas dormir à hôtel mais dans des cabanes.

En effet, la plupart des campings aux USA comportent de petites habitations en bois, les cabanes, toutes construites de façon identique.

Elles comportent une petite pièce bien aménagée avec un grand lit et deux lits gigognes, tables, chauffage et en extérieur une terrasse bien protégée et le fameux barbecue dont raffolent les américains pour faire leurs grillades.

Yellowstone National Park :

Une des entrées du parc de Yellowstone.

Nous reprenons la route et descendons vers le sud pour le Yellowstone National Park, au cœur des montagnes rocheuses, dans l’état du Wyoming.

Yellowstone résulte de l’éruption d’un super volcan il y a 600 000 ans.

Après une éruption cataclysmique, la chambre magmatique s’effondra puis fut remplie de lave. C’est cette immense caldeira qui constitue l’essentiel de ce parc. On y observe nombre de geysers, solfatares, mares de boue, panaches de vapeur.

Un spectacle grandiose au milieu d’une nature préservée, nous y passerons plusieurs jours pour essayer de tout visiter.

Le grand prismatique est un lac d’eau chaude qui présente de somptueuses couleurs allant du bleu profond au rouge, jaune et blanc.

Une petite colline nous fournira un excellent point de vue pour embrasser cette vue irréelle.

C’est ce que j’ai vu de plus beau dans ce parc, difficile de redescendre et quitter cette splendide vue.

Le grand Prismatique à Yellowstone.

Nous poursuivons nos visites par un geyser mythique, le Old Faithfull, qui jaillit toutes les heures et demi  avec un jet de 55 m de hauteur déversant quelques 55 m3 d’eau à 100°C.

Ce geyser fait partie de toute une série d’autres dans la vallée. Nous en visiterons bon nombre et attendrons qu'ils jaillissent pour certains.

 

Un autre geyser, le "Grand Geyser", qui présente un beau jet bien haut.

Ayant voyagé en Islande, tous ces phénomènes issus du volcanisme nous sont familiers mais nous apprécierons leur ampleur  à Yellowstone, il y en a partout, des vallées entières d’où sortent une multitude de fumerolles, panaches de vapeur, mares de boue.

le Old Faithfull Hôtel construit en 1930 à l’architecture étonnante.

Yellowstone National Park est le premier parc national des USA et on y trouve le Old Faithfull Hôtel construit en 1930 à l’architecture étonnante.

Immense, nous y irons plusieurs fois pour nous désaltérer.

C’est la pause obligée de tous touristes de passages, et il y en a des touristes dans cet immense hôtel !

Attention bisons !!!

Yellowstone est connu pour ses phénomènes volcaniques, mais nous trouverons une faune abondante avec notamment des bisons qui créent des bouchons quand ils décident de cheminer sur les routes du parc.

Les automobilistes restent prudents et ne se risquent pas à doubler ces bêtes imposantes et parfois capricieuses.

Mais bien d’autres animaux croiseront notre route.

Routes encombrées à Yellowstone, des bisons traversent ...

Une caractéristique des parcs nationaux américains est le « laisser faire la nature ».

Lors d’incendie, l’intervention humaine pour le combattre est exceptionnelle sauf si il prend vraiment de l’ampleur.

De même les arbres morts ne sont pas évacués mais laissés sur place pour régénérer les terres et permettre la repousse des graines, et constituent un habitat pour nombres d’insectes.

Cela nous surprendra de voir des forêts entières d’arbres morts dus à un incendie datant de quelques dizaines d’années. Cela se comprend aussi par l’immensité de ces parcs et des moyens hors du commun qu’il faut mettre en place pour combattre un tel incendie.

En 1988 une série d’incendies ravage le parc de Yellowstone pendant plusieurs mois. Combinés à une importante sécheresse et des vents violents, ils brûlent 36% du parc qui est alors fermé au public. Tout l’écosystème est alors perturbé. Devant l’ampleur de la tragédie, 9 000 pompiers interviennent.

 

Grand Teton National Park :

Nous poursuivrons notre route vers le sud en passant par Grand Teton National Park. Encore un parc national superbe. Nous y ferons de grandes randonnées au travers des rivières, lacs, landes.

Là encore, les paysages montrent les forces brutes de la nature au travers de grandes failles tectoniques et les manifestations volcaniques comme les dykes qui strient les massifs montagneux.

Petite fringale à Grand Teton National Park.

Quelques jours de visites dans ce magnifique parc. Nous ferons de belles randonnées en tenues plus légères car nous sommes plus au sud et les températures sont plus clémentes.

Généralement nous faisons un bon petit déjeuné puis un en-cas à la mi-journée pour mieux dîner ensuite. dans les cabanes il y a parfois un réchaud pour une cuisine rapide.

 

 

 

 

 

 

 

Antelop Island. Great Salt Lake State Park :

Puis nous descendons encore vers le sud en passant par Antelop Island et son grand lac d’eau salée.

La chaleur est suffocante, changement brutal avec les régions plus au nord et bien plus fraîches. Ici nous sommes dans la vallée de Salt Lake City dominée par les monts Wasatch.

Je ne mettrais pas de photo de Salt Lake City car en dehors des temples mormons, il n'y a rien à voir ! Ville déserte, pas un chat dans les rues, chaleur suffocante, aucun intérêt !

Regrets de ne pas avoir pu revenir faire quelques photos pour le coucher du soleil car nous n’avions plus le temps. Malgré la chaleur suffocante, je beaucoup apprécié ces paysages.

Nous sommes à la fin de notre périple dans les parcs nationaux du nord-ouest américain. Voyage assez facile que nous avons organisé seuls sans l’aide d’une agence.

Les USA sont faciles à visiter en tout autonomie, tout est fait pour faciliter notre séjour. Les locations de voitures ne sont pas onéreuses, de même que la restauration, le carburant.

Sur le site de nos photos de voyages de cette région, deux parties sont consacrées à la faune et la flore. Ces parcs nationaux du nord-ouest des USA sont un paradis pour les naturalistes ainsi que les géologues. Nombres de panneaux, parcours pédagogiques donnent des explications sur les reliefs, sur la faune et la flore et dans les Visiteurs Center, les rangers sont toujours disponibles pour des explications sur les randonnées à faire.

 

Paris au USA.

Nous visiterons aussi plusieurs villes, dont Seattle, Helena, Jackson Hole, Paris (et oui, aux USA !), Cœur d’Alene ainsi que des villages reculés où nous assisterons à un spectacle de rodéos effectués par d’authentiques cow-boys.

Ludo me fait la surprise de m'amener voir ce spectacle de rodéo et lasso. Nous sommes vraiment dans l’Amérique profonde avec de vrais cow-boys que nous ne comprendrons pas tellement leur accent est marqué.

Capture de vaux au lasso.
Spectacle de rodéo dans un petit village près de Yellowstone.

Fin de notre périple aux USA, superbe voyage, des milliers de photos à trier, de beaux souvenirs plein la tête.

La Californie

Death Valley, le coucher de soleil donne ces couleurs chaudes au paysage.

Voyage en Californie effectué en Juillet 2016.

Nous avons commencé notre périple en visitant Yosemite National Park, très fréquenté en été aussi bien par des touristes étrangers qu’américains.

La nature est préservée et les balades nombreuses, nous avons beaucoup apprécié ces grands espaces même s’il y avait beaucoup de monde !

Nous continuons notre route en passant par Devil’s Postpile et ses orgues basaltiques, puis la ville fantôme de Bodie. Ville qui fut très prospère et importante lors de la ruée vers l’or de l’ouest américain. Elle fut ensuite abandonnée par les prospecteurs qui ne trouvaient plus rien.

Puis vient Death Valley, mythique vallée de la mort sous un soleil écrasant et des températures extrêmes car nous avons eu jusqu’à 50°C au niveau de Bad Water.

Ludo nous a trouvé un hôtel très original, Amargosa Hotel créé par une danseuse de newyorkaise  qui tomba amoureuse de la région et s’y installât. Elle construisit l’Amargosa Opera House pour s’y produire malgré le peu de spectateurs locaux. Surprenant et intéressant.

Après quelques jours de visite dans la Death Valley, nous partons vers Mojave National Preserve. Encore des paysages désertiques de Californie dont la flore est très particulière. Balades mais surtout virées en voiture … climatisée.

La température est moins élevée qu’à Death Valley mais dépasse largement les 30°C.

En sortant de Mojave National Preserve, nous empruntons la mythique route 66 et arrivons à Joshua Tree National Park.

Encore un désert avec toutes ses particularités au niveau de la flore et de la faune. Nous explorerons les amoncellements de granit ainsi que le désert.

Nous quittons ce désert pour nous rapprocher de la côte en passant par la célèbre Palm Springs et son téléphérique  qui nous emporte vers des sommets plus frais et accueillants où nous ferons une belle balade rafraîchissante.

Au pied, nous avons une superbe vue sur les immenses champs d’éoliennes et le désert.

Nous arriverons à Los Angeles où Ludovic a retenu un hôtel sur Hollywood boulevard. Nous visiterons cette ville qui ne retient pas vraiment notre attention, trop de misère, de décrépitude, mais le centre-ville est vraiment beau et intéressant.

Nous passons à Venice, elle aussi mythique et qui accueillit, en son temps, la célèbre Rickie Lee Jones qui avait une villa à Vinice Beach.

Enfin nous partons pour San Francisco par la route N°1 qui longe la côte.

Séjour de quelques jours dans cette ville magnifique et très agréable, visite obligée du Golden Gate et de la rue Lombard en plus de principaux édifices et quartiers historiques.

Très beau voyage que vous pouvez retrouver en cliquant sur le lien ci-dessous.

Le Groenland

Le Groenland. L'île d'Uummannaq.

Superbe voyage effectué en juillet 2011 au Groenland, terre mythique que nous voulions découvrir.

Nous arrivons à Ilulissat en étant passé par l’Islande. Durant le vol, notre appareil se rapproche des côtes du Groenland et nous voyons la banquise apparaître petit à petit. Puis viennent les cotes avec le relief des fiords qui disparaissent sous l’énorme masse du glacier central. Nous survolons un paysage uniformément blanc et plat avec quelques lacs de fonte bleu profond.

A Ililussat, nous sommes accueillis par l’agence et, une fois les valses pausées, nous partons à la découverte de la baie remplies d’icebergs hauts comme des collines qui dérivent lentement vers la mer. Spectacle inoubliable, nous sommes restés longtemps à le contempler installés au soleil dans un calme absolu.

Balade dans la petite ville, puis les jours suivants nous irons faire un tour en bateau pour traverser la baie et voir un village bien conservé.

Nous poursuivons notre voyage en reprenant l’avion puis l’hélicoptère pour la petite île d’Uummannaq.

C’est une île dont le sommet forme une sorte de cœur, les maisons dispersées comme posées sur la roche.

Là encore nous sommes chanceux et aurons un temps superbe. Quelques balades sur ce rocher et une sortie en mer avec un pêcheur local pour observer les baleines. Nous irons aussi voir la maison du Père Noël qui a été construite pour les besoins d’un film et explorerons une bonne partie de cette petite île.

Retour vers Ililussat, l’hélico nous dépose à Qarsat où nous attendrons quelques heures avant de reprendre l’avion. Du coup nous en profitons pour visiter cette toute petite ville en bord de mer, prendre un verre dans un des bars et voir la population locale.

A Ililussat, nous nous précipitons vers le fjord pour le spectacle des icebergs se déversant dans la mer, on ne s’en lasse pas !

Vol de retour vers Reykjavik où nous resterons une soirée en attendant notre vol pour rentrer.

C’était vraiment un superbe voyage, plein de découvertes tant au niveau des paysages que de la mer avec les icebergs et baleines, mais aussi avoir pu discuter avec le propriétaire de l’agence locale sur les conditions de vie sur ces terres extrêmes et de leurs habitants perturbés par le réchauffement climatique et l’arrivée de l’indépendance avec le Danemark.

L’Alaska

L'Alaska, le mont Denali.

L'Alaska, voyage réalisé en juillet 2015.

D'Anchorage nous partons vers le nord jusqu'à Fairbanks, redescendons sur Tok, passons par Valdez, retournons sur Anchorage puis Seward pour finir par Homer.

Un début prometteur.

Pour commencer, nous allons dans le Denali National Park and Preserve et effectuons un survol autour du Mont Mc Kinley.

Alors que Ludo voulait un atterrissage sur le glacier et moi plutôt un vol long, tout cela pour un même budget. Finalement nous avons pu tout faire car l'atterrissage nous a été offert par cette petite compagnie aérienne.

Nous passerons plusieurs jours dans ce parc magnifique, ce qui me permettra de faire chaque jour une heure de Running afin de préparer le marathon de Reykjavik au retour.

La remontée vers le nord.

Nous allons vers le nord jusqu'à Fairbanks, "The last frontier" dernière ville avant la toundra qui s'étend jusqu'au nord.

Un peu déçu par cette route qui est longue et passe essentiellement dans la foret boréale. Mais nous n'y serions pas allés que nous aurions regretter cette découverte.

Fairbanks est une grosse bourgade tranquille ressemblant à toutes les villes nord-américaines.

Redescente vers le sud.

Puis la route en redescendant jusqu'à Valdez et enfin Homer.