Argentine, région de la Puna

Voyage en Argentine en février mars 2019.

Ayant visité le désert d’Atacama il y a quelques années, lors d’un voyage en Bolivie et au Chili, nous avions très envie de revoir ces paysages désertiques fascinants.

En cherchant des renseignements sur internet, Ludo tombe sur une photo du cône d'Arita et décide que nous irons voir cette curieuse formation géologique perdue en plein salar désertique. Le cône d'Arita est donc le but de ce voyage, mais nous ne parvenons pas à savoir s'il est accessible facilement, les pistes pour y aller ne figurent pas sur Google Maps, de plus nous y serons en pleine saison des pluies.

C'est en partie cela qui nous décide de louer un véhicule robuste, sûr, qui passera par des pistes peu carrossables, voire boueuses, défoncées pour parvenir jusqu'au cône. Ayant défini notre itinéraire, nous comprenons que ce n'est pas que pour aller dans le salar d'Arizaro où trône le cône d'Arita, que nous aurons besoin d'un bon véhicule. En effet, nous nous sommes très souvent retrouvés seuls sans âmes qui vivent à des kilomètres à la ronde pour explorer, visiter cette région de la Puna en Argentine. Nous avons prévu des réserves d'eau et de nourriture permettant d'attendre l'arrivée de secours. Mais, au final, certains jours, nous n'avons croisé aucun véhicule en plein désert.

Voici une vue satellite de la région que nous souhaitons explorer. La région tropicale à l'est et le désert de la Puna sur l'ensemble de la vue.

En zoomant, les détails apparaissent.

Salta :

Nous effectuons un vol de Marseille vers Barcelone, puis vers Buenos Aires et finalement vers Salta située au nord-ouest de ce pays.

Malheureusement les conditions atmosphériques feront que notre avion atterrira à Tucuman, à 400 km de Salta. Des orages empêchent l’avion d’atterrir. La compagnie, Aerolinas Argentinas, ne prendra en charge ni l’hébergement, ni le transfert sur Salta. Nous prendrons à  quatre une voiture conduite par un argentin de Tucuman jusqu’à Salta où nous arriverons à 3h45. Heureusement, l’hôtel était réservé !

Le lendemain, nous récupérons notre véhicule de location, un pick-up Chevrolet S10 et nous prenons la route pour de nouvelles aventures.

Notre voiture de location. Un Pick-up Chevrolet S10.
Notre voiture de location. Un Pick-up Chevrolet S10.

Cayafate :

Notre première étape nous conduira jusqu’à Cayafate en passant par la Quebrada de las Conchas avec la Gargenta del Diablo, le Mirador Tres Cruces.

Nous sommes dans le nord-ouest de l’Argentine mais encore assez bas en altitude et la saison des pluies se termine par quelques gros orages qui gonflent les rivières. Le paysage n’est pas désertique, la végétation est bien verte dans le lit des rivières même si les collines sont assez arides.

Les paysages sont déjà superbes, les roches très colorées tranchent avec la végétation.

A Cayafate, nous trouvons un hôtel très agréable, Hôtel Plaza avec un joli design.

Après notre installation, nous allons sur la place centrale pour déguster une petite mousse et juste avant de partir à la recherche d’un resto, un orage éclate transformant la rue en véritable torrent.

Après quelques minutes, la pluie cesse, nous faisons le tour de la place et trouvons un resto bien agréable.

San Antonio de las Cobres :

Notre étape du jour doit nous amener jusqu’à San Antonio de las Cobres en passant par Cachi.

Mais à l’office du tourisme, on nous signale que la route est impraticable à cause de dégâts dus aux orages. Nous changeons notre itinéraire mais dans un des villages traversés, la route est complètement détruite par les derniers orages et nous perdons beaucoup de temps à retrouver la route principale.

Finalement nous continuons donc de nuit et ne voyons pratiquement rien des paysages que nous traversons, mais nous voyons bien que nous prenons de plus en plus d’altitude. C'est la route qui conduit jusqu'à la frontière chilienne, elle est en très bon état.

Nous passons de 1 187 m d’altitude à Salta, à 3 775 m arrivés à San Antonio de las Cobres.

Nous finissons par arriver à San Antonio de las Cobres tard dans la soirée, 21h30

La nuit est tombée et la petite ville est pratiquement déserte. Grace au GPS nous arrivons jusqu'à un hôtel et trouvons une chambre pour la nuit. C'est un hôtel très simple qui nous convient parfaitement car nous repartons le lendemain. Nous posons nos sacs et repartons à la recherche d'un resto.

San Antonio de las Cobres, La Puna, Argentine.
San Antonio de las Cobres, La Puna, Argentine.

Notre véhicule garé devant l'hôtel.

Ce matin il n'y a pas foule dans les rues. Il y a plus de chiens errants que d'habitants ! Nous allons dans le centre pour quelques courses et je remarque une file impressionnante. Les gens font la queue devant des distributeurs de billets, le dernier devra attendre une bonne heure avant de retirer de l'argent. Quelle patience !!!

Cette petite ville est au carrefour des nationales 40 et 51. C’est une ville minière à la population assez pauvre et on ne retrouve pas l'architecture typique des villes coloniales espagnoles.

Tolar Grande :

Départ le matin pour Tolar Grande, la piste longe le río San Antonio de los Cobres puis nous bifurquons pour aller voir le Viaduc La Polvorilla emprunté par le "Train des Nuages", El Tren a las Nubes.

Ce train part de Salta (1 187 m) parcoure 217 km, franchit 29 ponts, 21 tunnels, 13 viaducs et arrive au Viaduc La Polvorilla (4220 m) en 15 heures de voyage à 35 km/h. Pour gravir les  3000 m de dénivelé, il emprunte deux boucles hélicoïdales et deux zigzags (techniques ferroviaires pour gravir des pentes fortes).

J'aurai aimer l'emprunter, mais il faut réserver à l'avance et nous n'en avons pas eu la possibilité.

A l'origine, il continuait jusqu'au col Paso Socompa à la frontière chilienne. C'est un des trains les plus du monde, traversant des paysages fantastiques. Lors des arrêts, les passagers sont invités à descendre pour visiter de petits marchés artisanaux.

Argentine, Puna, Col de Chorillo.
Argentine, Puna, Col de Chorillo.

Ce viaduc courbé fait 224 m de long, la voie est perché à 63 m et se situe à 4 220 m d'altitude

 

Nous continuons notre route en passant par le col Alto Chorrillo à 4 560 m.

Alors que le ciel était menaçant, chargé de nuages gorgés de pluie, ici nous avons un ciel dégagé d’un bleu pur.

 

 

Nous passons par des salars, des lagunes qui nous rappellent notre voyage en Bolivie et au Chili.

Sur la piste, des lamas, des vigognes fuient à notre approche.

Les vigognes sont restées sauvages mais les lamas sont domestiqués. Leurs propriétaires nouent des fils de laines colorés aux poils pour les marquer. Ces décorations sont très jolies, c'est déjà un peu le carnaval.

Argentine, sur la route vers Tolar Grande.
Argentine, sur la route vers Tolar Grande.
Argentine, région de la Puna, des vigognes.
Argentine, région de la Puna, des vigognes.
Argentine, région de la Puna,
Argentine, région de la Puna,

La piste traverse la Laguna Seca, le contraste du désert entouré par cette lagune est saisissant. L'eau du salar est saturée de sel et on peut voir sur les bords la cristallisation formant de jolies concrétions d'un blanc éclatant.

La voie ferrée croise notre piste et nous faisons un petit arrêt pour prendre quelques photos. C'est la même voie ferrée que celle du train des nuages. Elle est empruntée par les trains de marchandises.

Les sommets environnants sont recouverts de neige, ils sont à plus de 5 000 m.

Nous sortons du salar et traversons une série de petites collines composées d’argile rouge avec des couches de gypse dont les cristaux brillent au soleil.

Argentine, région de la Puna. cristaux de gypse.
Argentine, région de la Puna. cristaux de gypse.
Argentine, région de la Puna. Dépôts de sel sur l'argile.
Argentine, région de la Puna. Dépôts de sel sur l'argile.
Argentine, région de la Puna. Dépôts d'argile.
Argentine, région de la Puna. Dépôts d'argile.

La région est constituée de dépôts sédimentaires argileux. Les pluies lessivent l'argile qui s'accumule dans le petites flaques puis sèche au soleil et se craquelle.

Nous voyons aussi des couches de gypse (sulfate de calcium hydraté, la base du plâtre) qui alternent avec les couches d'argile. L'érosion fait apparaître les cristaux qui brillent au soleil.

Dans les salars, le sol est très riche en sels. Lors des pluies, l'eau dissout les sels qui remontent ensuite par capillarité et forment ces dépôts en surface que l'on pourrait confondre avec de la neige. Cette richesse en sel inhibe la pousse et la croissance des végétaux ce qui renforce l'aspect désertique.

Argentine, région de la Puna. Labyrinthe dans les collines d'argile.
Argentine, région de la Puna. Labyrinthe dans les collines d'argile.

Nous traversons un véritable labyrinthe au travers de ces collines d'argile.

On retrouve les dépôts de sel à la surface de ces reliefs.

Dès que c'est possible, nous montons sur ces collines pour avoir un meilleur point de vue sur la région. De plus, un peu d'exercice physique à ces altitudes me permet de rester en forme en prévision du marathon que je dois faire à mon retour.

Avant d’arriver à Tolar Grande, nous traversons le Desierto del Diablo.

Ici les collines sont recouvertes de plaques blanches. Ce n’est pas de la neige mais des dépôts de sel. Le sol est gorgé de sel qui remonte en surface après les pluies par capillarité puis l’évaporation laisse le sel en surface.

Mais on peut observer de la véritable neige sur les sommets à plus de 5 000 m.

Chaque fois que nous voyons un paysage superbe, nous cherchons un point de vue et n’hésitons pas à gravir de petites collines pour avoir un plus beau paysage à photographier.

Cela permet aussi de s’adapter à l’altitude, nous sommes entre 3 500 m et 4 000 m d’altitude et mon souffle est court. Je ne pourrais pas m’entraîner pour mon prochain marathon mais l’altitude me permettra de faire une bonne réserve de globules rouges à mon retour.

Argentine, Tolar Grande, volcan Socompa.
Argentine, Tolar Grande, volcan Socompa.

Avant d’arriver à Tolar Grande, nous passons au plus près du volcan Socompa qui culmine à 6 031 m.

Ce volcan fait partie d’une chaîne le long de la frontière avec le Chili, la cordillère des Andes.

Nous sommes en pleine zone de subduction, les plaques océaniques du Pacifique plongent sous la plaque continentale de l'Amérique du sud  et tout le long des volcans apparaissent.

A Tolar Grande, nous trouvons un petit meublé confortable mais disponible que pour une nuit. Nous posons nos sacs et, comme d'habitude, nous repartons explorer les abords du village.

L’accueil à l’office du tourisme est sympathique, mais pas de discussion en anglais, seulement en espagnol que nous ne maîtrisons pas trop, mais finalement nous nous en sortons assez bien. Merci à Google traducteur !

Nous aurons un autre meublé en plein centre le lendemain.

 

Nous repartons pour visiter les alentours de ce petit village avec notamment un petit salar qui recèle des stromatolithes, mais nous ne verrons rien à cause du vent qui agite la surface du petit lac !

Cette association d’algues et de micro-organismes existe depuis plus de 3 milliards d’années et constitue les premières formes de vie sur Terre. En se développant les micro-organismes piègent des particules de sable et forment des monticules mamelonnés.

Malheureusement nous ne les verrons pas.

Présence de Stromatolites dans cette petite laguna.
Présence de Stromatolites dans cette petite laguna.

Cône d’Arita :

Aujourd’hui nous partons à la découverte du Cône d’Arita.

Ne sachant pas si la piste est en bon état, ni si elle est bien fléchée, nous partons à l’aventure.

Mais avant cela, nous faisons une petite ballade à El Arenal, groupe de petites collines à la terre rouge qui nous permettent d’avoir un beau point de vue sur Tolar Grande et les volcans de la frontière avec le Chili dont certains sommets dépassent les 6 000 m.

Un peu d'exercice physique pour gravir ces petites collines, mais avec l'altitude, monter quelques dizaines de mètres est essoufflant. Je persévère et monte sur la colline la plus haute pour avoir une vue sur Tolar Grande et la chaine de volcans que nous voyons au loin.

Argentine, Tolar Grande, El Arenal.
Argentine, Tolar Grande, El Arenal.
Argentine, Tolar Grande, El Arenal.
Argentine, Tolar Grande, El Arenal.

Notre visite terminée, nous reprenons la voiture pour le Cône d'Arita. La direction du Salar d'Arizaro est bien indiquée, un panneau orné d'un crane de lama nous indique la direction et nous rappelle que nous sommes en plein désert hostile, mais nous avons pris nos précautions avec réserve d'eau et de nourriture.

Nous traversons le Salar d’Arizaro et arrivons en vue du cône.

Au départ de Tolar Grande, la piste est très carrossable, une berline pourrait y passer. Certains tronçons sont moins praticables mais avec notre pick-up nous ne rencontrons aucun problème.

Salar d'Arizaro. Pompage de la saumure pour traiter la piste.
Salar d'Arizaro. Pompage de la saumure pour traiter la piste.

Sur la piste, après avoir croisé une niveleuse, nous remarquons un camion-citerne qui fait le plein au milieu du salar. Intrigué, je vais voir ce qu’il pompe. Un trou dans le salar est remplie de saumure (eau saturée de sel) et le camion pompe puis arrose la piste nouvellement rafraîchie pour compacté le sol. Nous aurons de la gadoue avant la piste ferme. Mais cette saumure en séchant fait durcir l'argile et stabilise la piste.

Finalement la piste est vraiment bien praticable, nous croisons de gros camion qui eux vont beaucoup plus lentement que nous. Nous verrons tout au bout une mine en exploitation ce qui explique le bon état de la piste pour les camions chargés de minerai.

Le cône d’Arita est presque parfait. On ne comprend pas bien le processus de sa formation et il est unique dans ce salar. Mais il est très photogénique, encore faut il trouver le bon angle de prise de vue.

Il faut traverser le salar pour avoir un joli point de vue du cône sur un fond de ciel bleu et de montagnes. Nous souhaitons avoir un peu de hauteur pour mieux le voir et passons par une piste qui conduit vers une mine. La sécurité nous arrête, prend nos passeports car c’est une mine privée qui exploite des minerais de métaux précieux (or ?) Notre attente s'éternise un peu ...

Finalement nous renonçons et prenons une piste pour aller au Salar d’Antofalla en passant par Antofallita. N’ayant pas assez de carburant, nous renonçons à faire la boucle pour revenir au cône d’Arita. Les paysages sont grandioses.

Nous descendons jusqu'à Antofallita qui n'est constitué que d'une maison et un peu de terre cultivée car il y a une source. C'est un minuscule havre de verdure en plein désert. Une mamie nous regarde passer ...

Nous poursuivons jusqu'à l'entrée du lago salar de Antofalla, admirons cette étendue désertique et repartons, je suis un peu frustré mais que faire ...

Nous croisons une énorme coulée basaltique aux roches très sombres qui tranchent avec le désert ocre.

Cette magnifique coulée est intrigante, en plein milieu du désert, on ne voit aucun cône. Mais la région est volcanique comme en témoignent les volcans qui nous entourent au loin (Llullaillaco (6 739 m), le Socompa (6 031 m), qui domine le col Paso Socompa, l'Aracar (6 095 m), l'Arizaro (5 774 m) et les appareils volcaniques du Lastarria (5 706 m) et du Cordón del Azufre).

Cette coulée est typique d’une éruption fissurale.

Vue satellite de la coulée de lave.
Vue satellite de la coulée de lave.

Nous retournons vers le cône et repassons par la mine pour enfin avoir un beau point de vue au soleil couchant. (Nous sommes persévérants !)

Le garde avait gardé nos fiches et demande à un chauffeur de la mine de nous accompagner un peu plus haut pour faire nos photos.

Nous retournerons à Tolar Grande pour le coucher de soleil.

Retour à San Antonio de las Cobres :

Ce matin nous repartons vers San Antonio de las Cobres, nous emprunterons une piste différente (plus au sud sur la carte à droite) pour rejoindre Susques puis aller voir le salar d'Olaroz.

Argentine, Tolar Grande. Salar aux stromatolithes.
Argentine, Tolar Grande. Salar aux stromatolithes.

Mais à la sortie de Tolar Grande, nous visitons de nouveau le salar aux stromatolithes mais toujours sans en voir. Les dernières pluies ont dû les recouvrir.

nous poursuivons notre route en remontant vers Susques.

Nous prenons une variante en passant un peu plus au sud pour rejoindre la Laguna Seca.

Voir d'autres paysages désertiques est un régal. Seuls dans ce désert, nous avons une sensation de liberté incomparable, la piste est très bonne et nous nous arrêtons souvent pour admirer et photographier le paysage. je ne m'en lasse pas !

Argentine, région de la Puna. Des ânes sauvages.
Argentine, région de la Puna. Des ânes sauvages.
Argentine, région de la Puna. Des lamas.
Argentine, région de la Puna. Des lamas.

Un peu avant d’arriver à San Antonio de las Cobres, Ludo m’emmène visiter le Viaduc La Polvorilla en prenant la piste supérieure qui aboutit au niveau du tablier. Petit balade sur les voies et le début du pont. Il est interdit de marcher sur le tablier. Je ne ferais que quelques mètres dessus pour prendre des photos, le vide au-dessous de moi est impressionnant (63 m).

En chemin nous voyons un viscachas sur des rochers, sorte de lapin de la famille des chinchillas. Nous en avions vu en Bolivie.

Nuit dans le même hôtel à San Antonio de las Cobres, très simple mais confortable.

Salinas Grandes :

Cette étape nous conduit beaucoup plus vers l’est du pays. Mais en premier, nous remontons vers le nord pour rejoindre Susques.

Peu après San Antonio de las Cobres nous empruntons une piste indiquée sur le GPS mais qui s'averse peu praticable (elle suit le lit d'une rivière et c'est trop chaotique)  et nous oblige à faire demi-tour. Nous continuons sur la piste principale en direction de Susques.

Arrivés à Susques, nous visitons une petite chapelle ainsi qu'une église au toit de chaume, typiques de cette ville qui par ailleurs ne revêt pas grand intérêt.

Après cet arrêt à Susques, nous partons visiter le Salar Olaroz par une piste bien carrossable au début. Mais une première difficulté apparaît, la route a été emportée par les orages. Nous contournons l'obstacle mais quelques kilomètres plus loin, même problème. Nous finissons par renoncer et faisons demi-tour.

Nous contournons ce premier obstacle mais en trouvons un second quelques kilomètres plus loin. Nous faisons demi-tour.

Nous changeons alors de route pour traverser le salar d'Olaroz en direction de la frontière chilienne, mais nous ne voyons pas trop l'intérêt de nous aventurer sur cette route où ne circulent que d'énormes camions en direction ou venant du Chili.

Après ces deux tentatives, nous renoncerons et partons plus au nord et à l'est vers la frontière Bolivienne.

Argentine, route détériorée dans le salar d'Olaroz.
Argentine, route détériorée dans le salar d'Olaroz.
Argentine. Un Nandou de Darwin (Rhea pennata).
Argentine. Un Nandou de Darwin (Rhea pennata).

Nous longeons le Salinas Grandes, voyons pour la première fois des nandous, petites autruches qui fuient à notre approche.

Les ânes sauvages, vigognes et lamas sont très présents dans ces contrées désertiques.

A Susques visite des deux petites églises et chapelle au toit de chaume.

La petite ville ne présente que peu d'intérêt par elle même.

Nous nous restaurerons avant de reprendre la route.

Argentine, Susques, église au toit de chaume.
Argentine, Susques, église au toit de chaume.

Arrivée en fin d’après-midi à Salinas Grandes où nous ferons quelques photos de cette étendue de sel uniforme jusqu’à l’horizon.

Heureusement, un petit kiosque est resté ouvert et nous commanderons quelques empaniadas pour notre repas du jour !

Nous trouvons un hôtel au niveau Pozo Colorado pour la nuit, le seul à des kilomètres à la ronde. Problème d'eau courante, rien ne sort des robinets. Le propriétaire nous fournira quelques seaux d'eau de pluie pour les toilettes. Pas de douche ce soir ! Cette région désertique manque cruellement d'eau qui est généralement pompée dans la nappe  phréatique. Ici tout le village est à la diète hydrique ...

Argentine, Salinas Grandes.
Argentine, Salinas Grandes.
Argentine, Salinas Grandes.
Argentine, Salinas Grandes.

Nous passons un bon moment à faire des photos et explorer cette étendue de sel. En fin d'après-midi, peu de touristes, les marchands de souvenirs plient leurs étals. Heureusement qu'il restait cette vieille femme vendant des empagnadas pour nous restaurer. Tout chaud, ils étaient excellents !

Iruya :

Notre route nous conduira encore plus au nord et à l’est pour cette étape.

Au programme, les formations géologiques de la Quebrada et un petit village typique très appréciés des touristes, Iruya.

Mais auparavant, Ludo veut voir un bout de Bolivie, nous nous dirigeons vers la frontière bolivienne au niveau de la ville de La Quiaca.

Un panneau nous rappelle que nous sommes à 5 121 Km d’Ushuaïa, l’extrême sud de l'Argentine. Que ce pays est grand !

Argentine, La Quiaca.
Argentine, La Quiaca.
Argentine, La Quiaca.
Argentine, La Quiaca.

Ludo veut revoir « un bout » de la Bolivie et nous partons pour La Quiaca, ville frontalière avec Villazon en Bolivie.

Mais en dehors de voir la Bolivie vue de loin, rien de très particulier dans cette petite ville sauf un joli marché où nous mangerons quelques empagnadas.

Argentine, la Quebrada Humahuaca.
Argentine, la Quebrada Humahuaca.

Nous ne sommes plus en zone désertique mais semi tropicale et les paysages sont plus verdoyants.

Nous partons visiter la Quebrada Humahuaca  inscrite au Patrimoine Culturel et Naturel de l'Humanité en juillet 2003 par l'UNESCO.

C’est une profonde vallée, crée par une faille tectonique, où coule le Rio Grande de Jujuy qui a découpé, érodé le relief laissant apparaître des strates géologiques très colorées.

Avant d’y parvenir, nous passons par un petit village, Iruya, perdu au fond d’une vallée très encaissée. La route pour y parvenir est très accidentée, passant par un col à plus de 4 000 m et descendant de plus de 1200 m dans la vallée.

Argentine, Iruya.
Argentine, Iruya.

Ce village est très touristique et de plus c’est carnaval et beaucoup de touristes sont venus pour cette occasion.

A notre arrivée dans le village, nous nous apercevons que le pneu avant gauche est dégonflé et à mieux regarder, il est carrément crevé. Mais nous devons trouver un hôtel avant la nuit et le gros orage qui menace. Sitôt les sacs déposés dans notre chambre, l’orage éclate et entre deux averses nous courons prendre l’apéro dans un restaurant où nous dînerons aussi. Le lendemain nous faisons réparer notre roue avant d’aller nous balader dans la vallée. Heureusement, je n’ai pas de difficulté pour démonter la roue et le réparateur se situe à 50 m de notre véhicule.

Nous nous en sortons bien !

Ballade jusqu’à la rivière, les roches rouges tranchent avec la végétation. Mais le sentier est mal indiqué et nous écourtons la ballade pour nous consacrer plus au village lui-même.

Les rues sont animées par le carnaval, les gens frappent leur tambour, jouent de la flûte et dansent en tournant en rond et buvant soit du vin blanc soit de l’alcool. Certains ne retrouveront pas leur maison !!! Mais la fête se passe dans la joie et la bonne humeur.

Argentine, Iruya.
Argentine, Iruya.

La fête se prolongera tard dans la nuit, nous serons couchés et ne verrons pas dans quel état les festivaliers quitterons les lieux. Finalement nous aurons trouvé un hôtel bien situé en plein centre du village.

Maimara :

Nous quittons Iruya le lendemain pour descendre la vallée du Rio Grande de Jujuy et découvrir les paysages fantastiques creusés par la rivière. Arrivé à Humahuaca, nous empruntons une piste qui monte de façon vertigineuse vers le mirador situé juste en face des formations géologiques colorées.

Cette vue satellite Google permet de voir la beauté extraordinaire de cette formation géologique.

On se rend compte de son étendue que l'on ne peut pas appréhender du "mirador" où nous prenions ces photos.

Cliquez sur la photo pour l'agrandir.

La Serrania de Hornocal, Argentine, Région de la Puna.
La Serrania de Hornocal, Argentine, Région de la Puna.

Ce paysage de la Quebrada Humahuaca est vraiment grandiose.

Les strates géologiques présentent une multitude de couleurs au niveau de ce site : la « colline au 14 couleurs » ou Serrania de Hornocal. Nous passons par un col à près de 5 000 m avant de rejoindre le "mirador". C'est une des premières fois que nous voyons autant de touristes. Ça change du désert de la Puna !

Les strates présentent une multitude couleurs où l'ocre, le vert, le jaune, le blanc se déclinent en une trentaine de nuances. Les couches stratifées situées plus bas créent un contraste saisissant par leur couleurs chaudes allant du rouge vif au violet.

Nous admirons un bon moment ce fabuleux paysage avant de repartir et continuer dans la vallée du Rio Grande.

La Serrania de Hornocal, Argentine, Région de la Puna.
La Serrania de Hornocal, Argentine, Région de la Puna.

Nous repassons par Humahuaca où le carnaval bat son plein.

Les hôtels sont complets, les distributeurs de billets vides. Nous ne nous éternisons pas et descendons vers Pumamarca où nous rencontrons les mêmes difficultés. Le carnaval a attiré beaucoup de monde et la consommation bat son plein comme la fête.

Nous trouverons finalement à nous loger à Maimara.

Du coup nous n’avons pas vraiment visité cette vallée et une fois nos sacs déposés à l’hôtel, nous repartons admirer les couleurs au soleil couchant.

Nous allons jusqu’à Tilcara pour nous restaurer et profiter des animations du carnaval.

La fête bat son plein, on se lance des poudres colorées, de la mousse, des serpentins. Joie et bonne humeur sont le maître mot de ces carnavals.

En pleine rue les gens dansent sur une musique assourdissante, nous irons nous restaurer au calme dans un resto bondé !

La Quebrada Humahuaca :

Le lendemain nous remontons la vallée sous un soleil éclatant et profitons pour visiter tout ce qui peut être accessible en voiture.

Les roches colorées, les strates érodées sont magnifiques.

La Quebrada humahuaca de Pumamarca à Tilcara.
La Quebrada humahuaca de Pumamarca à Tilcara.
La Quebrada humahuaca de Pumamarca à Tilcara.
La Quebrada humahuaca de Pumamarca à Tilcara.
La Quebrada humahuaca de Pumamarca à Tilcara.
La Quebrada humahuaca de Pumamarca à Tilcara.
La Quebrada humahuaca de Pumamarca à Tilcara.
La Quebrada humahuaca de Pumamarca à Tilcara.

Au bout de la route ou de la piste, nous partons en ballade pour admirer ce paysage coloré.

Puis nous prenons la route pour rentrer sur Salta.

Aux abords de cette ville, nous sommes en pleine forêt tropicale. Le contraste est saisissant, l’humidité est partout avec des plantes épiphytes qui poussent sur les troncs, les roches.

La route serpente le long d’une grande réserve d’eau pour alimenter Salta.

Nous trouvons notre hôtel facilement.

Retour à Salta:

De retour à Salta, nous y passons une journée à visiter la ville.

Notre hôtel se situe à quelques mètres d'une très belle église, l'église San Francisco.

Cette fois nous nous posons un peu et avons réservé un hôtel de charme à la décoration raffinée et au confort dans une gamme supérieure à celle de nos hôtels d'aventuriers. Grasse matinée, petit déjeuner dans un cadre des plus agréable puis visite de la ville.

Nous irons flâner sur la place principale, un petit tour sur les hauteurs de la ville avec le téléphérique et au retour nous irons voir la Basilique cathédrale.

Salta est une très jolie ville de style colonial espagnol.

Salta, Place centrale.
Salta, Place centrale.
Salta, la place principale.
Salta, la place principale.
Salta, musée historique du nord.
Salta, musée historique du nord.

Visite de l'église San Francisco.

Salta, église San Francisco.
Salta, église San Francisco.
Salta, église San Francisco.
Salta, église San Francisco.
Salta, église San Francisco. La coupole.
Salta, église San Francisco. La coupole.
Salta, Basilique Cathédrale.
Salta, Basilique Cathédrale.

Visite de la Cathédrale Basilique de Salta.

Salta, Basilique Cathédrale.
Salta, Basilique Cathédrale.
Salta, Basilique Cathédrale.
Salta, Basilique Cathédrale.

Buenos Aires:

Nous voici de retour à Buenos Aires.

Les vols intérieurs ayant souvent du retard, nous avons prévu une journée à Buenos Aires avant de repartir sur la France.

Nous profitons de cette journée et soirée pour visiter la ville.

Buenos Aires. Quartier des docks.
Buenos Aires. Quartier des docks.
Buenos Aires. Quartier des docks.
Buenos Aires. Quartier des docks.
Buenos Aires. Quartier des docks.
Buenos Aires. Quartier des docks.
Buenos Aires. Quartier des docks.
Buenos Aires. Quartier des docks.
Buenos Aires. Quartier des docks.
Buenos Aires. Quartier des docks.
Buenos Aires. L’ Obelisco célèbre les 400 ans de la ville sur l'avenue la plus large du monde.
Buenos Aires. L’ Obelisco célèbre les 400 ans de la ville sur l'avenue la plus large du monde.

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.