Islande

L’Islande se situe sur la frontière de deux plaques tectoniques, celle de l’Eurasie et la plaque Nord-Américaine. Culturellement, j’ai préféré la rattachée à l’Europe.

Nous sommes allés six fois en Islande car nous adorons cette île, ses paysages et ses habitants.

Bien que peuplée d’un peu plus de 300 000 habitants, c’est une pépinière d’artistes comme Björg, Ólöf Arnalds,  Àsgeir, Ólafur Arnalds. Un dicton dit que la moitié des islandais écrit et l’autre moitié les lis.

Six voyages en Islande, ça fait beaucoup de photos. Vous pouvez les voir sur mon site historique de nos vacances. Les premières années, le site est peu évolué.

Lors de notre premier voyage (2003), nous avons fait le tour de l’île, et nous avons tellement aimé que nous y sommes retournés cinq fois.

Lors d’un second voyage en 2004, nous partons explorer le centre de l’île avec un 4X4. Belle expédition où nous aurons vu les paysages désertiques du centre de l’île, le "Haut Plateau".

L’Islande est un grand terrain de jeu. Lors de nos voyages en juillet, le soleil estival se couche très tard (23 heures) et même à une heure du matin, on peut sortir et se balader sans avoir besoin d’une torche. Cela est très rassurant quand on s’aventure dans le désert intérieur qui est très peu fréquenté.

Les phénomènes volcaniques sont omniprésents en Islande. Des geysers, solfatares mais aussi volcans parsèment toute l’île et la constitue.

L’Islande est indépendante coté ressource énergétique avec les centrales hydro-électriques mais aussi des centrales géothermiques. Cela permet une production d’hydrogène alimentant certains véhicules comme les bus.

Un voyage en novembre 2008, profitant d’un pont, pour « voir » comment c’est en hiver.

Arrivé le vendredi soir sous une pluie battante, nous trouvons un camping avec de petits chalets bien accueillants.

Le samedi, le temps maussade avec un peu de pluie ne nous a pas découragés pour refaire des routes que nous connaissons bien.

Le dimanche, ciel « presque » sans nuage, nous profitons pour voir des paysages en bord de mer et remonter un peu dans les terres. Le soleil s’était levé vers 9h30 pour se coucher vers 15h30. L’hiver islandais forge le caractère !!!

Je me souviens d'une rencontre avec des chevaux. Notre route passe devant un petit troupeau qui cherche de l'herbe dans la neige. Je les ai approchés et ils sont tous venus à ma rencontre tendant le museau pour quémander une caresse, j'étais fou de joie.

Le dernier voyage a été très court. Nous revenions d’Alaska avec une escale à Reykjavik pour faire le marathon de la ville. Grand moment et mon meilleur temps !

Je vous laisse découvrir nos voyages en Islande sur mon site historique en cliquant sur le lien ci-dessous.

0 Partages

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.