Back to Iceland (Page 3)

Randonnée à Askja.

Évaporite

Après notre petit déjeuner, nous plions bagages et tente pour aller randonner dans la caldeira d’Askja. Une piste nous conduit jusqu’au bord du lac Öskjuvatna qui remplit une petite partie de la caldeira et jouxte le cratère Viti.

Cette année, je ne me baignerai pas dans ses eaux turquoises car trop froides. En 2007 l’eau était à 23°C et cette baignade insolite était bien agréable.

Départ pour notre randonnée dans la caldeira d'Askja.

Du refuge, nous montons en voiture jusqu'au parking, point de départ de notre randonnée.

La caldeira est encore très enneigée et nous cheminerons en parti dans la neige.

Nous atteignons le cratère Viti en premier puis descendons vers le lac Öskjuvatna.

C’est l’éruption de 1875 qui éjecta, à partir du cratère Viti, 2,5 km3 de lave et notamment de ponce qui recouvrit la région sur des Km2.

Les berges du lac montrent des couches successives de cendre volcanique et racontent une partie de l’histoire éruptive de ce complexe.

On voit des couches de ponce claires et de basalte plus grossier et foncé qui alternent.

Le lac Öskjuvatna est d’un bleu profond, il est profond de 220 m. C’est l’effondrement de la chambre magmatique après éruption qui l’a formé.

Les années précédentes il y avait de la glace sur les rives. Là, il n’y a pas de glace mais une bonne partie de la caldeira reste enneigée.

Nous sommes début juillet et nous sommes bien couverts ! (Vue Google Maps)

L'extérieur de la caldeira d'Askja lors de notre retour.

Nous reprenons la route avec l’intention de poursuivre en direction du nord, mais avant nous faisons une boucle sur des pistes que nous ne connaissons pas.

Un peu de pluie lors de notre randonnée, mais nous retrouvons du beau temps en repartant.

Nous partons voir une formation bien étrange.

Skessugarður, le rempart de la Géante, est un amoncellement d’énormes blocs rocheux formant un véritable rempart.

Haut de 6 m et long de 300 m, il est l’œuvre d’un glacier ayant déposé les blocs dans une moraine pendant la période glaciaire. Puis une énorme inondation a emporté les pierres et blocs légers laissant en place les plus gros que l’eau n’a pas pu emporter.

Ce sont des blocs de porphyre, une roche volcanique très dure.

Nous escaladons les blocs pour nous rendre compte de la hauteur de cet amoncellement.

Arrivés au sommet, effectivement, nous sommes sur un mur de blocs de pierre impressionnant et isolé dans ce paysage assez plat.

Nous ne connaissions pas cette étrange formation et au pays des Trolls et des Elfes, nous découvrons qu'il y a aussi des Géantes et Géants.

L'Islande est vraiment un pays surprenant. (Vue Google Maps de cette formation)

Mais le folklore islandais évoque l’histoire de deux géantes qui pêchaient l’une dans l’océan, l’autre dans le lac.

Pour résoudre un conflit de territoire, elles construisirent cette muraille délimitant les terres de chacune.

Les Trolls et les Elfes sont très présents dans le folklore islandais et de nombreux lieux se prêtent bien à leur évocation par un coté surprenant ou mystérieux.

Nous continuons notre route en direction d'Húsavik, nous rencontrons de beaux chevaux islandais qui s’approchent de nous pour recevoir une caresse ou une poignée d’herbe fraîche.

Nous trouverons à nous loger dans un camping qui nous propose une chambre confortable mais sans fenêtres avec vue.

Nous irons nous laver dans les douches de la piscine. Peu onéreux et confortable, nous n’en demandons pas plus, d’autant que la bière est excellente au bar.

Chevaux islandais.

Akureyri.

Vagues dans le sable

Petite étape aujourd’hui dans le nord de l’Islande. Ici le soleil se couche juste après minuit puis se lève vers trois heures du matin et entre temps le ciel reste lumineux, la luminosité baisse à peine. Surprenant et un peu ennuyeux pour dormir sous la tente. Mais les cabanes et guesthouses sont maintenant équipées de rideaux occultant que nous n’avions pas lors des premiers voyages.

Le port d'Húsavik.

Nous commençons par Húsavik où nous nous arrêtons pour un petit café. Mais tout est fermé, pas un bar ou restaurant d'ouvert, pas de touriste, la ville semble comme endormie.

Après une courte balade dans les rues désertes, nous poursuivons notre route sur la côte nord.

Direction le champ géothermique de Námafjall. Cette zone comporte de nombreuses mares de boue, solfatares, fumeroles et sent l’œuf pourri dès que l’on sort de voiture.

Il y avait ici une exploitation de soufre pour la fabrication de poudre à canon.

Nous connaissons bien ce champ géothermique pour y être venu plusieurs fois. Je suis toujours fasciné par ces mares de boue avec les grosses bulles qui se crèvent avec un bruit caractéristique, ces évents où la vapeur fuse en sifflant. Ce champ étant en bordure de la route, il est très fréquenté et nous y retrouvons plein de touristes. Les gaz s'échappant sont chargés en sulfure d'hydrogène et dès le parking on sent l'odeur d’œuf pourri.

Nous poursuivons par un autre champ géothermique, celui de Krafla.

Une centrale électrique géothermique a été construite il y a quelques années et de nombreux puits de captage sont disséminés dans cette zone avec des pipelines de toutes les directions qui conduisent la vapeur jusqu’à la centrale.

Le cratère Viti à Krafla.

Nous en profitons pour visiter le champ de lave né de l’éruption de 1984. Ce fut une éruption fissurale et de nombreux cratères sont disséminés le long de la fracture.

La couche de lave est très importante et aujourd’hui encore ces champs fument avec l’eau de pluie qui s’infiltre.

Là encore, le paysage est tourmenté et on peut voir les différentes coulées de lave issues de la dernière éruption.

Un autre cratère nommé Viti (l'enfer) dans cet immense champ volcanique de Krafla. (Vue Google Maps)

Notre route nous mène jusqu’à Goðafoss. Cette chute d’eau est très importante dans l’histoire de l’Islande. En l’an 1000, les chefs de tribus sont partagés entre le christianisme et leur religion païenne. Le parlement islandais (l'Alþing) décide de suivre l'avis du diseur de loi Þorgeir Þorkelsson et adopte le christianisme. C’est dans cette chute que Þorgeir Þorkelsson jettera ses idoles adoptant de ce fait un nouveau et unique Dieu.

Nous avons connu cette cascade lors de notre premier voyage en 2003.

Il n’y avait pas de parking goudronné et encore moins d’emplacement pour les bus de touristes.

Cette période trouble de COVID aura au moins eu l’avantage de nous préserver des hordes de touristes et nous avons retrouvé une Islande sereine et tranquille.

Nous arrivons en fin d’après-midi à Akureyri, trouvons rapidement une guesthouse puis allons nous balader en ville. Très calme, bien peu de touristes mais notre pub est ouvert et nous en profitons pour une bonne bière dans ce lieu très cosy.

C’est un peu un pèlerinage ! Une ultime balade avant d’aller au resto puis nous regagnons notre guesthouse pour la nuit.

Après avoir trouvé une sympathique guesthouse dans les hauteur du centre ville, nous partons nous balader dans les rue et commençons par une bonne mousse dans notre Pub favori.

Puis nous partons revoir les rues du centre ville. Un peu désert, vraiment peu de touristes mais finalement ce sont les islandais qui visitent leurs pays et ils sont majoritaires.

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.